Disparition de l’opposant Mahamat Ahmat Lazina

Disparition de l’opposant Mahamat Ahmat Lazina

Disparition de l’opposant Mahamat Ahmat Lazina, président du Mouvement National pour le Changement au Tchad (MNCT) et ancien porte-parole de la coalition de l’Opposition Politique pour le Redressement et l’Alternance. Tchadactuel aimerait porté à l’attention de l’opinion nationale et internationale la disparition de Mahamat Ahmat Lazina le 9 avril 2016. Selon les sources venant de

Le vote du 10 avril : Ce qui s’est réellement passé

On pensait que la fraude était bien rodée, bien huilée et devenue même scientifique au niveau de la superstructure du MPS ; mais apparemment la peur de perdre a poussé le MPS à forcer le passage de manière sans scrupules et éhontée : interdiction à la presse internationale de couvrir l’évènement (voir la protestation de

La campagne est finie : il n’y a pas eu de match

Comme à l’habitude de répéter dans le Facebook, un thuriféraire de Deby, il n’y a pas eu match, ni dans les moyens mobilisés ni dans les programmes politiques, moins encore dans les postures des candidats lors des différents meetings. Par contre, on a remarqué l’enthousiasme et l’opiniâtreté de la masse populaire au vrai changement, pour

Les manœuvres dilatoires pré et post-électorales de DEBY.

Le dicton populaire dit « qu’une toute petite étincelle pourrait détruire une forêt millénaire ». L’affaire de la petite Zouhoura a en effet eu des répercussions inattendues dont les ondes de choc ont provoqué des effets prémonitoires qui annonceraient la tendance des élections futures. Ce triste fait divers avait attisé la rancœur et avait soudé les rangs

Coup KO dès le 1er Tour pour Deby : 52%

Le dicton populaire dit : « l’habitude est une seconde nature ». Ainsi la fraude est devenue un phénomène systémique. Après 26 ans de règne, les mécanismes de la fraude se sont développés d’une élection à une autre ; de même les outils utilisés et la démarche suivie ont bien embrassé l’évolution de la technologie

« Arabie Saoudite, Tonnerre du Nord (suite) ».

- Lors de la clôture – ce jeudi 10/03/16 – des manœuvres militaires organisées par l’Arabie saoudite, l’armée tchadienne aurait été le toto de la classe et a laissé une image désolante : mal entrainée, mal équipée, mal habillée, voilà les qualificatifs qui lui ont été accolés. – Comparé aux autres soldats en matière d’équipement

IL manque des liquidités au sultan

On s’étonnerait qu’il puisse manquer des liquidités au Tchad du sultan d’Amdjeress ; lui, le sultan qui a dilapidé en un temps record la manne pétrolière et gagé le reste des réserves pour 25 ans à partir de l’année 2013, qui s’est partagé avec son épouse toutes les régies financières, toutes les sociétés publiques et

Haro sur la Communauté Beri et Deby enfonce le clou.

Rappelons que les Béri constituent une communauté bédouine ou semi-nomade à 80%. Elle incarne de ce fait dans sa vie quotidienne toutes les tares des nomades à travers le monde en général et au Tchad en particulier : vol, assassinats, crimes d’honneurs, etc., mais il y a un fait inconnu dans la culture Béri : le viol.

Affaire Zouhoura : un coup de pied dans la cruche.

Le dicton populaire dit : « à quelque chose, malheur est bon ». Si la séquestration suivie du viol de la petite Zouhoura est un acte abominable en soi, elle a permis au moins à exposer sur la place publique un pan entier de la vie quotidienne du système Deby et d’étaler ainsi au grand

Les Brèves de N’djaména: Les coulisses de la nomination de Pahimi Padacké

L’acte odieux perpétré par les enfants des dignitaires du pouvoir suivi de l’assassinat par la garde rapprochée de Deby, du jeune Abachou, a éclipsé l’évènement du weekend : le remplacement d’un Pahimi par un autre Pahimi. Selon les infos en provenance de l’entourage du sultan, celui-ci, malgré les fanfaronnades destinées à la consommation extérieure, aurait

Page 1 sur 27312345102030Dernière page »