Les Brèves de N’Djamena : du tohu-bohu au sein de l’armée de Deby

Incidents graves avec des blessés de part et d’autre entre les éléments de la Force mixte tchadienne d’une part et les Forces soudanaises d’autre part à Birek le Mardi 23 avril 2013. En effet les éléments tchadiens n’ont pas accepté les exactions des forces soudanaises sur la population civile à Birek. Une équipe d’investigation composée

Les Brèves de N’Djamena : Deby en état de guerre contre le JEM

Deby se prépare activement pour attaquer les positions de JEM qui a osé mettre en miettes ses protégés. En effet, au début de la semaine, le JEM a attaqué et par la même occasion détruit la base des dissidents financés et entretenus par Deby et dirigés par un certain Mohamed Bashar, ex Secrétaire General du

Attentat suicide contre les éléments tchadiens au Mali

Trois morts et quatre blessés dont un grièvement. En effet vers la fin de la matinée, un groupe de militaires tchadiens a amené au marché un véhicule pour réparation. Quelques instant après , surgirent 3 véhicules land cruiser banalisés dans lesquels se trouvaient plusieurs personnes en civil alors que le véhicule tchadien remis en état

Incidents au sein des forces tchadiennes au Mali.

La situation de nos compatriotes au Mali est plus que calamiteuse. Les militaires leur manque tout : vivres et P.G.A, tenues inadaptées, des matériels roulants complètement hors d’usage, ajouter à cela l’accumulation des arriérés des salaires. Cette situation a provoqué la désertion d’une dizaine des véhicules vers le Tchad en passant par le Niger et

Deby, les djihadistes et Boko Haram

Deby a déclaré à la presse internationale que « la menace djihadiste existe au Tchad » et cette même presse de propager de manière complaisante les propos de Deby. Ce n’est qu’un secret de polichinelle, la lutte contre l’islamisme militant est devenue une activité qui permet à tout pouvoir indexé par les différentes organisations pour

Deby recolonise la RCA

A partir la formation du 1er Gouvernement de Président autoproclamé Michel Djotodia, on s’aperçoit que le grand vainqueur est indéniablement Idriss Deby qui n’a pas lésiné sur les moyens pour rattraper son échec à la conférence de Libreville. Tantôt en solo, tantôt de concert avec les autres parrains des accords de Libreville, Deby a d’accord

La décadence de l’Etat sous Deby

Ce qui s’est passé devant le commissariat du 2ème arrondissement le 1er février 2013 et le renvoi unilatéral de la police ne me sont pas passés inaperçus et ils illustrent à merveille, s’il en est besoin, la décadence de l’autorité de l’Etat et partant du pouvoir régalien de Deby lui-même. En effet, le 1er février

Deby se bunkarise

De quoi ou de qui a peur le despote de N’Djamena. Les abords de la présidence sont systématiquement nettoyés, seule la Cathédrale de N’Djamena résiste, mais pas pour longtemps selon l’entourage de Deby. Selon plusieurs confidences, Deby est en train de construire un bunker souterrain dont un des issus traverse les fleuves Chari et Logone

SAS, Deby et Boko Haram.

Senator Ali Shérif (SAS pour les intimes) était l’ancien Gouverneur de l’État de Bornou. Il passait régulièrement ses week end à N’Djaména (en villégiature, surtout à la recherche de la bonne chaire féminine). Dans la capitale tchadienne, il a beaucoup d’amis et d’obligés (Mahamat Ahmat Hadjara, Djibert Younous, et consorts). Petit à petit, il a

Les Brèves de N’Djaména – Deby cherche à sortir sa tête des eaux boueuses maliennes.

La gestion d’un Etat ne s’improvise pas. Deby qui connaît la notion de la gestion que le battement de ses pulsions fantasmagoriques vient d’apprendre à ses dépens et de se rendre compte à retardement que ses flagorneries envers la France socialiste l’ont précipité dans un abîme sans issue. Malgré ses sorties insidieuses par-ci et par-là,