Tchad: la police tente de déloger la famille Ourada du sultanat d’Abéché – Rfi

Grosse tension à Abéché la principale ville de l’Est tchadien. Des forces de l’ordre venus déloger la famille d’un chef traditionnel démis par l’administration ont fait face à une résistance qui témoigne d’un malaise entre les autorités et la population. Comme les autres chefferies traditionnelles du Tchad, le sultanat du Ouaddaï est régenté par l’administration

Libye : Plusieurs soldats Tchadien et Soudanais en renfort à Khalifa Haftar – Afriquepanaroma

Libye : Plusieurs soldats Tchadien et Soudanais en renfort à Khalifa Haftar – Afriquepanaroma

500 soldats tchadiens seraient partis en renfort auprès de Haftar et actuellement 1000 éléments des forces rapides seraient aussi sur place pour les renforcer Selon les sources, un accord fut scellé lors de la rencontre de N’Djamena où Idriss Déby avait pu réunir le général soudanais Hemiti et Mini Arkou Minawi, rebelle soudanais reconnu comme

Tchad: montée de tension dans la localité de Miski, soumise au blocus militaire – Rfi

Cela se passe dans une zone aurifère du Tibesti, sous contrôle d’un comité d’autodéfense local. Elle est soumise à un blocus de l’armée tchadienne depuis novembre de l’année dernière, après des affrontements consécutifs à une révolte de la population locale. Celle-ci demande notamment l’annulation du rattachement de Miski à la région du Borkou, la réhabilitation

Tchad: les autorités alertent sur une vaste escroquerie pyramidale – Rfi

Les autorités en charge de la surveillance des finances annoncent avoir découvert un réseau d’arnaque actif depuis quatre ans au Tchad. Il s’agit d’une organisation qui opère par un système d’escroquerie pyramidale. Après plusieurs années d’enquête, l’Agence nationale des investigations financières (Anif), assistée du procureur de la République, a décidé d’attirer l’attention de la population

Au Tchad, « la survie politique d’Idriss Déby dépend de plus en plus de ses alliés du Golfe » – Le Monde

Libye au nord, Soudan à l’est : régulièrement menacé par des rebellions abritées par ses voisins, le régime tchadien soigne toutes ses alliances, décrypte notre chroniqueur.Publié hier à 17h30, mis à jour à 09h18 Temps de Lecture 3 min. Chronique. Après la France, les émirats et l’Arabie Saoudite, place au Qatar… Si le président tchadien

Discrète visite au Tchad de Hemeti, numéro deux du pouvoir militaire soudanais – Rfi

Le vice-président du Conseil militaire de transition soudanais Mohamed Hamdan Dagalo, alias Hemeti, a fait un passage éclair à Ndjamena. Une visite destinée à négocier un cessez-le-feu avec la rébellion du Darfour. Le dispositif protocolaire pour la visite était léger : pas de tapis rouge ni de sirène. C’est le traitement réservé aux officiels soudanais

Crimes contre l’humanité au Tchad et au Soudan : trois arrestations en France – le Parisien

Le général Mahamat Nouri, l’un des plus influents chefs rebelles tchadiens, fait partie des trois personnes interpellées. L’enquête porte sur des faits qui auraient été commis entre 2005 et 2010. Le chef rebelle tchadien, le général Mahamat Nouri, et deux autres suspects ont été interpellés ce lundi en France dans une enquête portant sur des

Deby seconde El-Bechir pour faire échouer le soulèvement populaire

Depuis Amdjeress, Deby est en contact avec El-Bechir. Ils se téléphonent quasiment toutes les quarts d’heure ; la consigne est claire : ne démissionne jamais, utilise l’eau et le gaz lacrymogène pour faire disperser la foule. Il semble que ce sont les mêmes refrains qu’il avait balancés à El-Bechir lors de son dernier aller-retour. La

Communiqué de presse N°04/COP/2019

Réunis en plénière ce samedi 30 mars 2019 à N’djaména, les partis de l’opposition démocratique ont analysé la situation politique en cours. Cette situation qui se traduit par la mise en place de la CENI et la désignation de son président ne respecte ni la loi 30/PR/2018 u 30 novembre 2018,ni le consensus exigé. Pour

Tchad / France: les liaisons dangereuses – Rfi

Du 3 au 6 février 2019, des Mirage 2000 français sont allés frapper au nord du Tchad, à la demande de N’Djamena, une colonne de rebelles venus en pick up, lourdement armés, du sud libyen. Qualifiés par le régime d’Idriss Déby de « terroristes et de mercenaires », ces hommes étaient en réalité des opposants