Les archives pour le mois de février, 2008

Arche de Zoé: demandes de grâce remises vendredi à Deby (Yade) – Le Monde

Les demandes de grâce des six membres de l'Arche de Zoé, qui purgent en France une condamnation prononcée à N'Djamena, seront transmises vendredi au président tchadien Idriss Deby Itno, a déclaré vendredi matin la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme Rama Yade.

Tchad : la France aurait participé aux combats – Le Figaro

Selon La Croix, les forces spéciales françaises ont bien pris part aux affrontements. L'Etat-major dément formellement.

Des grâces "différenciées" pour les membres de l’Arche de Zoé ? – Reuters

Les six membres de l'organisation humanitaire L'Arche de Zoé qui purgent une peine de huit ans de prison en France pour tentative d'enlèvements d'enfants pourraient bénéficier d'une grâce différenciée du président tchadien Idriss Déby, croit savoir RTL.

Idriss Deby affirme avoir le "contrôle total" du pays – Le Nouvel Obs

C'est la première fois, depuis l'assaut des rebelles, que le président tchadien s'exprime en public. Les dizaines de milliers d'habitants qui ont fui N'Djamena sont appelés à "revenir immédiatement".

Tchad, l’histoire se répète – Libération

Avril 2006. Les rebelles atteignent N’Djamena. La France, contrainte de choisir entre un président mal élu en 2001 et des rebelles réputés armés par le Soudan, choisit de soutenir Idriss Déby en lui fournissant des renseignements et un soutien logistique.

« La victoire de Deby ne règle rien aux problèmes de fond » – L’Orient-Le jour

Interview - Marielle Debos, spécialiste du Tchad, à « L’Orient-Le Jour »

«Cadeau empoisonné pour la France» – Le Temps

TCHAD. Grâce possible pour l'Arche de Zoé.

Les inconnues militaires – Rfi

Le calme semble pour l'instant régner au Tchad, après les violents combats du week-end dernier pour le contrôle de la capitale.

Tchad: le Soudan dément tout soutien aux rebelles – Ap

Les autorités soudanaises ont démenti jeudi les accusations du Tchad selon lesquelles elles soutiendraient les rebelles tchadiens combattant les forces gouvernementales dans ce pays, et Khartoum a affirmé que les allégations de N'Djaména équivalaient "à la guerre".

Le Soudan, suspect numéro un – MTM

De lourds soupçons pèsent sur le Soudan concernant le rôle qu'il aurait pu jouer dans l'attaque menée depuis fin janvier. Pour Rashid Saeed Yagoub, journaliste soudanais à Paris, l'intervention indirecte de Khartoum ne fait pas l'ombre d'un doute.