Les Tchadiens partagés sur le maintien de leurs soldats en Centrafrique – Rfi

Faut-il rappeler ou non le contingent tchadien déployé en Centrafrique ? Les avis sont partagés, après les violentes tensions entre militaires et civils, une partie de ces derniers reprochant aux soldats tchadiens d’avoir choisi leur camp.

« Depuis plusieurs années, certains Tchadiens se sont souvent comportés en territoire conquis, et ça irritait les Centrafricains, explique Dezoumbe Daniel Passalet, président de l’ONG Droits de l’homme sans frontières. Maintenant, ces derniers ont trouvé une occasion en or pour exprimer leur dégoût par rapport au comportement de certains Tchadiens. Là, la haine s’est généralisée. »

« Au gouvernement tchadien, nous demandons de faire rentrer les forces tchadiennes qui sont en Centrafrique, poursuit-il. Et puisque le contingent tchadien est visé comme étant la cause des problèmes, qu’ils prennent les dispositions pour améliorer la situation entre le peuple centrafricain et le peuple tchadien. »

« Nous nous faisons le devoir d’attirer l’attention des plus hautes autorités sur la sécurité des Centrafricains au Tchad », martèle-t-il encore.

Centrafrique et Tchad, des « pays frères »

« Je trouve que c’est tout à fait déplorable, aujourd’hui, que des Tchadiens puissent se permettre d’appeler au retrait de nos soldats de la Centrafrique, estime de son côté le journaliste Abdelnasser Garboa ,qui dirige une coalition de soutien à l’armée tchadienne. La Centrafrique est un pays ami et frère du Tchad, où des milliers – pour ne pas dire des millions – de Tchadiens ont vécu depuis des années. Beaucoup de Centrafricains sont d’origine tchadienne. »

« Le milieu commercial et économique de la Centrafrique est tenu en majorité par des Centrafricains d’origine tchadienne, explique-t-il encore. Et toutes ces personnes sont aujourd’hui livrées à une bande de pillards. C’est donc un devoir que des soldats tchadiens puissent tenir à les protéger. Les paisibles citoyens tchadiens, ou d’origine tchadienne vivant en Centrafrique, n’ont pas causé de tort à qui que ce soit. »

« Si les Selekas sont considérés en majorité comme des gens du nord de la Centrafrique, donc apparentés aux Tchadiens, ou des Tchadiens qui sont mercenaires. Ce n’est pas la faute aux commerçants et aux paisibles citoyens tchadiens ou d’origine tchadienne qui vivent en Centrafrique ! Il faut faire la part des choses. »


Commentaires sur facebook