Ce que El Béchir et Deby se sont dit à Khartoum.

Une semaine après la visite de Deby à Khartoum, les langues commencent à se délier de deux côtés sur les vrais motifs de la visite du sultan d’Amdjaress.  Selon  les comptes rendus faits aux collaborateurs de part et d’autre par les deux compères, le climat n’était pas très cordial au départ. Le dictateur était arrivé en effet à Khartoum avec beaucoup des reproches, des soupçons et des doutes envers son «ami». Il avait donc décidé de venir personnellement élucider clairement avec lui  un certain nombre des points qui commencent à assombrir le climat entre les deux pays depuis quelques temps.

-Mr Deby était convaincu, selon ses sources que l’ancienne opposition tchadienne est en train de s’organiser et ce, avec la bénédiction des plus hautes autorités soudanaises. Il lui a été rapporté que, non seulement l’opposition a commencé à ouvrir des camps de regroupement et d’entraînement  dans les différentes régions de Darfour mais que  les dirigeants de l’UFR  faisaient souvent  des escales autorisées à Khartoum et quelque fois ils s’y pavanaient ostensiblement dans les rues. La main au cœur, un honorable correspondant  a affirmé avoir vu « de ses propres yeux » tel responsable qui a été renvoyé du pays dans tel hôtel ! C’est largement suffisant pour que Deby demande sèchement à son hôte qu’il lui a manqué de la sincérité et de la confiance malgré la bonne foi pour son investissement personnel  pour régler d’une manière ou autre le problème de l’opposition soudanaise.  Naturellement le soudanais a nié en bloc toutes ces accusations sans fondements et a démontré à son interlocuteur la non fiabilité de tous ces ragots. Et le soudanais de poser cette question pertinente à Deby : vu les efforts indéniables du Président tchadien, pour quel intérêt politique le Soudan raviverait l’opposition contre Deby ? Et d’ajouter le Soudan n’est pas « bleu en politique » et saura discerner sans cacophonie où se trouvent ses intérêts (sic). Selon le compte rendu du Sultan à sa cohorte, le Président soudanais aurait juré sur tous les Corans qui se trouvent dans son bureau, au moins une dizaine !

Les  deux autres points évoqués par Deby sont considérés par ses interlocuteurs plus convaincants  et seront traités en conséquence  avec célérité. Il s’agit d’abord de  la présence des anciens du Mali en territoire soudanais ; ceux-ci risquent de se trouver dans la même ligne que les tchadiens contre le FRS. Or pour Deby  il est intolérable que les anciens djihadistes maliens qui vouent une haine viscérale envers les tchadiens puissent faire cause commune avec ces derniers contre le FRS. Pour le régime de N’djamena, leur présence constitue d’ailleurs une menace directe pour toute la sous-région. Ainsi Deby a demandé avec insistance à ses amis l’éloignement pur et simplement de ces djihadistes hors du Soudan  ce dont ses interlocuteurs ont feint d’accepter. De même le sultan d’Amdjeress a prié le Président soudanais d’intercéder auprès des autorités libyennes pour qu’elles n’autorisent aucune résurgence d’une quelconque opposition à partir de leur territoire, or selon Deby il y a actuellement au moins 3 camps de regroupement et d’entrainement des opposants tchadiens. Sur ce point également les soudanais lui ont promis d’agir dans le sens voulu.

Dernier point évoqué par le despote tchadien, concerne l’octroi d’une zone franche au Port-Soudan destinée uniquement aux transits des marchandises en direction du Tchad ; et que les transitaires tchadiens soient à l’abri des tracasseries administratives et douanières.  Avec plaisir les soudanais ont donné leur accord avec des sourires narquois !! Pourquoi sourires narquois ??  Parce que ladite zone appartenait  déjà au Tchad depuis 22 ans ; c’était l’un des tout premiers cadeaux offerts à la délégation du MPS en visite d’amitié à Khartoum aux lendemains de sa victoire sur l’ancien régime. Par une correspondance datée du mois de Mai 2010 adressée  aux autorités portuaires  laquelle était portée par le représentant du sultan de Bilia à N’djamena, le même Deby donnait cette zone en location à un potentat local ! Non le sultan ne se rappelle de rien, ni de l’octroi en 1992 moins encore sa location en 2010. Une épicerie du coin est mieux gérée que la République de Deby !!

Le visage renfrogné de Deby à l’arrivée s’était épanoui grandement avec la magnanimité  des soudanais passés spécialistes en la matière surtout envers leurs nombreux visiteurs tchadiens. En effet, entre deux « en fait, en fait » le sultan avait glissé un dernier point inévitable  auquel les soudanais se sont déjà habitués et attendaient impatiemment son évocation : Le trésor tchadien est vide et que le Président a des difficultés à honorer les fins du mois des fonctionnaires et ce, malgré les revenus pétroliers qu’on lui verse intensément tous les mois, alors on lui a glissé subrepticement  dans la soute de son avion une valise contenant 15millions de $ américains.

Pour quelle contrepartie  les soudanais s’efforcent-ils ainsi d’honorer toutes les demandes illimitées de Deby ? Comme il fallait s’y attendre, celui-ci n’était pas allé sur le dos de la cuillère après avoir eu gain de cause sur toute la ligne. Il a donc promis fermement de régler définitivement le problème de Darfour en mettant hors d’état de nuire le principal chef de l’opposition politico-militaire soudanaise,  à savoir le Dr Djibril Mohamed en utilisant les mêmes procédés qui avaient mis déjà son frangin hors-jeu ; pour ce faire Deby a promis qu’avant la fin du mois de janvier, une unité spécialisée dans les opérations nocturnes appuyée  aussi par une unité d’escadrille tchadienne sera déployée  dans la capitale de Kordofan pour suivre les mouvements du DR dès qu’il sera sur le terrain. Après cet engagement solennel auquel les soudanais ne doutent nullement connaissant les capacités du Sultan en matière d’assassinat, le Président Al Béchir a fait une déclaration publique devant le Parlement qu’il a donné toute délégation et prérogative au Président Deby pour le règlement du dossier Darfour conformément aux résolutions de la réunion d’Amdjeress (sic).

Correspondance Particulière


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Zlatan

    Nos 2 peuples ne trouverons jamais la paix interieur tant et aussi longtmps que Debyle sera au pouvoir.