RCA, réveillez-vous Deby Itno

Donc, la Centrafrique (RCA) est dans le chaos. C’est un fait. C’est une réalité. Le silence du président tchadien Deby Itno sur les massacres perpétrés sur ses compatriotes résidents en Centrafrique fait mal. Très mal. Un silence inacceptable. Les tchadiens doivent dénoncer cela. Les politiques aussi doivent le faire. Il est un temps pour diverger, pour critiquer. Mais il est temps pour s’unir et interpeller le président sur les tueries de simples civils tchadiens en RCA. Il est temps de parler d’une seule voix pour faire cesser cela.

Réveillez-vous  monsieur le président. Le sort subit par vos citoyens tchadiens en RCA a atteint le summum de la barbarie. Le voisin centrafricain s’est laissé possédé par l’irrationnel haine du tchadien. Il est temps  d’hausser le ton. Vous avez la capacité, les moyens et l’influence nécessaire pour le faire. Exigez de vos amis les français et des autorités centrafricaine ceci :

D’abord, la protection des compatriotes  qui ont décidé de rester en Centrafrique

Puis, le désarmement des milices chrétiennes, leur neutralisation comme cela a été fait pour les ex-Seleka.

Ensuite, demander aux autorités de transitions centrafricaines et aux leaders religieux d’arrêtez de stigmatiser le Tchad.

Enfin si rien n’est fait dans un délai raisonnable il serait alors impératif d’intervenir pour sauver nos compatriotes. Et se retirer définitivement de ce pays.

 

Ironie de l’histoire, c’est au moment où les tchadiens en RCA ont besoin d’être sauver que l ‘armée tchadienne assure la sécurité d’autres citoyens dans un lointain pays, le Mali. Il est un temps pour tout. Le temps de la patience est dépassé. C’est le temps de l’action. Parce que le nombre des victimes tchadiennes augmente chaque jour. Parlez, sinon votre silence sonne comme une caution.

Pire, ce silence face à vos amis Français est interprété comme une grande faiblesse. Vous avez, peut-être, peur que ces amis ne menacent votre fauteuil présidentiel. Mais à des amis, il faut leur signifier son mécontentement. Surtout face à ce que semble être des assassinats organisés, prémédités. Des tueries à l’aveugle du simple fait de sa nationalité. Du simple fait de ses origines. Du simple fait de sa croyance religieuse. Cela ressemble, par la méthode d’exécution à la machette au génocide rwandais.  On tue même des centrafricains qui dénoncent  cette descente aux enfers. C’est le cas de Jean-Emmanuel Ndjaroua, assassiné pour avoir dénoncer les violences dont sont victimes les populations musulmanes.

Réveillez-vous, M. le président, le Tchadien connaît mieux que quiconque les déchirures de la guerre. Il l’a vécu chez-lui. Il en paie encore les reliquats. Il est parti vivre ailleurs pour vivre en paix. Il est inadmissible que la mort violente le rattrape parce qu’il est tchadien.

Réveillez-vous, Deby Itno. Vous devez épargner au Tchadien cette autre peine. Cette sempiternelle pénitence. Vous êtes le premier des tchadiens. Agissez. Faites quelque chose. Parler au moins. Dénoncer ces tueries. Exigez l’arrêt de cette folie anti-tchadienne. La  Patrie vous sera reconnaissante. L’histoire le sera aussi. Par contre, si vous continuez à vous taire, si vous persistez dans le silence,  vous serez honni à jamais.

Bello Bakary Mana 


Commentaires sur facebook

4 Commentaires

  1. Allasra Gloria

    Qui seme le vent, recolte la tempete. Les Centrafricains vivaient paissiblement chez eux, et c’est Deby qui etait alle foutre du desordre. Il n’a qu’a recolter sa Tempete. Ne croyez pas que ce que vous faites aux pauvres tchadiens, vous pouvez le faire partout dans la sous region. A bon entendeur, Salut.

  2. En fin vous vous usiez sur les autorités merci d’agir en bon citoyen
    Nous sommes tous d’accord sur l’interpellation du Son Excellence le Président de la République afin de parler sur cette sauvagerie de la part des antisionistes de certaines personnes malintentionnées qui gangrénaient à Bangui contre les civils Tchadiens qui vivent depuis des années.

  3. Warou Ahmed

    C’est juste ce que vous avez dit. En Centrafrique, on assiste aujourd’hui, ni plus ni moins, à une épuration  ethnico-religieuse en présence de la mission Sangaris! « Nos compatriotes » et tous les musulmans en Centrafrique sont en Danger. Certains de ces gens appelés « tchadiens » étaient en Centrafrique avant les indépendances : beaucoup d’entre eux sont nés et grandis là-bas et ne connaissent comme pays que la Centrafrique. Ils sont victimes de leur appartenance religieuse. Les Anti-Balaka ont fait  beaucoup de morts et des blessés en plus des milliers sinon des centaines de milliers de déplacés et ce n’est pas fini. Alors que tout cela était évitable: il aurait suffit dès le début de l’opération Sangaris d’interdire les Anti-Balaka et de désarmer les Séléka. Quand à notre armée il faut reconnaître qu’elle n’a pas joué son rôle qui est celui de protéger ses concitoyens et tous les civiles en Centrafrique. Le contingent tchadien étant le plus important, sur place, au sein de la MISCA. Dommage!

  4. mr alain oui depuis que idi au pouvoir pas avant