LLes Brèves de N’Djamena – Conflit intercommunautaire dans le Salamat : Deby fidèle à lui même.

C’est une habitude, c’est un comportement abject et indigne, que Deby trimballe depuis 24 ans et qui est devenu l’essence de sa politique nationale: accuser de manière gratuite, fortuite, sans aucune base, ni preuve, ses propres collaborateurs. Le but est de nuire, salir, aux yeux de leurs familles ou parents des personnalités souvent proches de lui. Salir les autres et vouloir apparaître au dessus de la mêlée, propre et irréprochable, voilà la politique ignoble de Deby.

Dans le cadre du 50ème anniversaire du Parc de Zakouma, Deby a fait un déplacement au Salamat, longtemps foyer des tensions intercommunautaires dont Deby est le principal instigateur, car il accusait les ressortissant d’une des communautés, membres de la rébellion armée tchadienne. On se rappelle que c’était Deby en personne qui s’était déplacé en 2006 à Amtiman accompagné de ceux-là mêmes qui sont aujourd’hui pointés du doigt, pour accuser une partie de la communauté arabe, des djandjawid et armer l’autre partie par l’intermédiaire de la Zone Militaire sur place. En effet lors de ce déplacement, devant une population ahurie, Deby accusa publiquement deux personnalités de poids de la région comme instigateurs des différents conflits. Les deux personnalités, Assayd Gamar Sileck et Ali Mahamat Zene Fadil, sont des caciques du MPS, le parti unique au pouvoir, depuis 24 ans, soit à l’assemblée nationale, soit au gouvernement ou au Cabinet du Président, ils sont membres choc du système Deby ; ils ont tout donné au MPS et à Deby en se sacrifiant et en sacrifiant tout ce qui leur est propre et cher : leur honneur en avalant sans broncher toutes les couleurs que le Maître leur fait gaver depuis des années. Ils ont aussi caporalisé toute ou presque la région du Salamat pour le compte du MPS en semant des embûches et des garde-fous infranchissables pour les autres partis politiques. Alors si les ronronnements de Deby devant les notables de la région s’avèrent justes, en d’autres termes s’ils étaient réellement les vrais auteurs du tant du sang versé dans le Salamat, pourquoi ne les avait-on pas interpellés depuis longtemps, pourquoi ne les avait-on pas déchus de leurs responsabilités et mis à la disposition de la justice pour trouble à l’ordre public. Non, personne n’est dupe en premier lieu, les populations du Salamat; Assayd et Ali Mahamat Zene, en tant que leaders de la région, peuvent avoir leur part de responsabilité, mais l’instigateur principal de ce pogrom est Deby lui-même, il a beau jeter en pâture, à la vindicte populaire ses propres collaborateurs, les tchadiens ont appris à le connaître : ses mensonges, ses délations, ses relents ataviques de vouloir nuire, humilier, calomnier ses propres collaborateurs, sa légendaire méchanceté envers la compétence et le mérite, sont sur la place publique.

Les accusations contre Assayd et Ali Mahamat Zene qui seront très bientôt, conformément aux pratiques de Deby, demis de leurs fonctions et envoyés à Korotoro, font tout simplement sourire l’assistance.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. MHT

    Il vaut mieux ne pas mettre la main entre l’arbre et l’ecorce; Ils sont tous d’escrocs qui faisient du mal au peuple tchadien depuis leur naissance. C’est des criminles dont les residances normales c’est le prison.