Tchad: le patron d’un hebdomadaire ne s’est pas présenté devant la justice – Afp

Le directeur de publication de l’hebdomadaire tchadien Notre Temps, Nadjikimo Bénoudjita, qui devait comparaître mardi devant la justice, ne s’est pas présenté au tribunal de N’Djamena, a-t-on appris mercredi auprès du parquet.

« On a déjà renvoyé le dossier trois fois pour convocation du prévenu et les trois fois il ne s’est pas présenté à l’audience« , a indiqué à l’AFP le procureur de la République Mahamat Abba Nana. « Prochainement on va retenir le dossier quitte à rendre un jugement par défaut« .

M. Bénoudjita, arrêté pendant trois jours à la mi-décembre avant d’être remis en liberté, est inculpé d' »incitation à la haine tribale, d’injures et de diffamation ».

Il lui est reproché d’avoir signé le 11 décembre un article taxant le président Idriss Deby Itno de « criminel de guerre » et l’impliquant dans des crimes commis sous le régime de son prédécesseur Hissène Habré, dont il fut le chef d’état-major avant de le renverser en décembre 1990, et sous sa propre présidence.

« J’assume tout ce que j’ai écrit« , avait déclaré Nadjikimo Bénoudjita lors de sa libération.

Selon des associations professionnelles de la presse tchadienne Nadjikimo Bénoudjita « a quitté le Tchad pour se réfugier à l’étranger« .

Cinq associations professionnelles de la presse tchadienne avaient protesté vendredi dans un communiqué contre la « féroce répression qui est en train de s’abattre sur la presse indépendante tchadienne », à la suite de l’interpellation ces dernières semaines de M. Bénoudjita et du patron de la radio privée FM Liberté, Lazare Djekourninga.

Le parquet de N’Djamena avait toutefois classé lundi sans suite l’accusation « de diffusion de fausses informations » lancée contre le directeur cette radio.


Commentaires sur facebook