Les Brèves de N’djaména: Deby, la revanche en RCA! »

Pour tous ceux qui ont cru ou croiraient que Deby laisserait passer la gifle de Bangui sans réagir, ne connaissent pas la psychologie pathologique de l’individu. En effet, depuis un quart de siècle qu’il occupe le Palais de Djambal Ngato, le despote tchadien n’a été physiquement et moralement atteint que deux fois. La première fois c’était le 2 Février quand il avait fui en catastrophe devant les forces coalisées de CMU et l’un de ses poursuivants criait à tue-tête au Tokay « mon cousin, le soi-disant téméraire a fui et c’est moi qui le poursuis !! » Ce jour-là il avait eu la peur au ventre, car il s’est déjà vu entre les mains des petits rebelles qui le traiteraient comme un jouet. La deuxième fois c’était la destitution de Mr Michel Djotodia qui a été installé au pouvoir à Bangui par toute une nébuleuse visible et invisible dont Deby constituait la partie visible de l’iceberg. C’était une gifle magistrale qui lui avait été administrée par la France soutenue fortement par tous les Bantous de l’Afrique centrale. C’était une énorme humiliation dont les stigmates lui resteront collés pour très longtemps.

Cette destitution a eu deux conséquences directes ; d’abord après avoir constaté l’incapacité notoire de son protégé à gérer l’Etat et le comportement obscurantiste des hordes des ramassis conglomérées autour de SELEKA, Deby aurait pu trouver très rapidement une solution de juste milieu en concertation avec la classe politique et la société civile centrafricaine dont beaucoup des ténors entretenaient des relations maffieuses avec le tchadien ; non , sans prendre aucune pincette et surtout sans se référer à ses anciens partenaires (particulièrement les soudanais), Deby répond au quart de tour aux injonctions parrains en destituant manu militari le premier Président musulman de l’histoire de la RCA lequel a été savamment installé avec le concours des plusieurs mains invisibles ! Ce qui a eu pour conséquences immédiates le massacre à grande échelle des tchadiens d’une manière générale et des musulmans en particulier. Naturellement Mr Deby a été pointé du doigt dans tous les pays musulmans et les organes officieux de ces pays avaient largement vilipendé le comportement irresponsable « du leader tchadien qui a sacrifié les frères musulmans pour faire plaire aux mécréants occidentaux » (sic).

Effectivement des images abjectes et désolantes relayées par des chaines satellitaires, en provenances de la RCA, ont choqué plus d’un tchadien, et a créé en même temps des rancœurs tenaces contre Deby qui a jeté en pâture des milliers de concitoyens qui vivaient en toute quiétude depuis des années en RCA. Autant l’opinion occidentale lui lançait des fleurs en le qualifiant de l’homme incontournable dont l’armée est l’une des plus grandes armées aguerries capables des prouesses insurmontables, autant l’opinion tchadienne voyait en son Président un simple soldat aux ordres de qui paie le mieux, prompt à sacrifier ses compatriotes sans demander la note ! C’est cette dernière appréciation qui touche directement Deby dans son égo profond.

Pour reprendre la main et laver l’affront, le despote tchadien a d’abord laisser les choses s’entasser et pousser les anti Balaka à la faute vis-à-vis de l’opinion internationale, ensuite revoir l’incontournable Soudan pour établir un plan d’action global et général pour toute la sous- région.
Les nombreuses visites entrecroisées des deux Président depuis deux mois ont été l’occasion d’aborder amplement ce dossier concomitamment avec d’autres partenaires intéressés par le dossier. Les dernières retrouvailles d’Am Djeress avec l’apparition surprise d’un Tourabi, majestueux, réconcilié avec ses anciens acolytes, n’augurent en rien de bon pour la sous-région. Selon nos informations, l’éminence grise du mouvement islamiste soudanais a reproché aux deux présidents leur manque de stratégie concernant le dossier centrafricain tant sur le plan conceptuel et que sur celui pratique ; il faudrait, leur aurait-il martelé, reprendre les choses autrement en escomptant la mauvaise impression qu’ont laissée les milices chrétiennes vis-à-vis de l’opinion occidentale surtout auprès du Conseil de Sécurité des N.U .

Encore et encore une fois de plus, Deby qui est particulièrement remonté contre ses frères de l’Afrique centrale qui l’ont fait échouer sur toutes les lignes, reprend le flambeau de la revanche : le monarque de N’djamena fulmine contre les bantous qui ont poussé son homme (Djotodia) à la démission, ensuite ces mêmes bantou avaient manigancé pour que la Présidente et le PM ne soient plus de l’obédience d’IDI et enfin le Commandement de la force africaine a aussi échappé au despote de N’Djamena. En somme, les deux compères (Deby et Al Béchir) ont mordu de la poussière dans leurs manœuvres qui consistaient pour le soudanais à installer un premier président musulman en RCA et pour le tchadien d’avoir un protectorat qui lui servirait de porte d’entrée vers les forêts équatoriales !

Après des nombreuses conciliabules, la décision a été prise pour passer à l‘acte en évitant autant que peut se faire de rééditer les erreurs passées. Pour ce faire, il n’est plus question de propulser un musulman fut-il de souche à la tête de la RCA. Le prochain lauréat serait donc un homme politique chrétien connu pour son patriotisme issu d’une des plus grandes communautés du pays ; par contre le volet militaire devrait être entièrement confié à Deby. Celui a décidé d’abord de monter une rébellion avec les réfugiés centrafricains ; ensuite chercher à fédérer tous les groupuscules autour d’un seul vocable d’où le nom du mouvement le « Retour » en Sango, or il semble que l’opération prendrait beaucoup de temps, alors il décide de relancer la SELEKA et ce, malgré son passif désastreux. Les grandes manifestations anti françaises rentrent en réalité dans ce cadre. De même Noureddine Adam, un des Chefs de guerre de la SELAKA est exfiltré de Cotonou où il séjournait auprès de Djotodia. Noureddine a été reçu longuement par Deby et selon nos sources, il serait reparti en RCA avec la ferme mission de déstabiliser le régime de Bangui. Preuve de cette volonté, Deby vient d’envoyer une forte unité dirigée le CEMGA/Adjoint Tahir Youssouf Boy et le Chef d’Etat Major de l’Armée de Terre (CEMAT), Ismaël Hour, deux proches parents d’IDI, pour appuyer aux besoins, Noureddine Adam. Comme il a l’habitude de faire, s’il veut prendre de grandes décisions, Deby a annoncé à ses bouffons qu’il a la ferme intention de « régler le compte aux anti Balaka et aux Bantou et laver son honneur et le sang des tchadiens versés gratuitement sur le sol centrafricain ».

Les malheurs du peuple centrafricains sont loin d’être terminés.

Correspondance particulière (Am Djeress)


Commentaires sur facebook

7 Commentaires

  1. Kouka Woldjongos

    On dirait que c’est un Anti-Balaka de pur sang qui parle. Il ne faut pas oublier qu’il y a des Centrafricains musulmans dans le nord de la RCA, même s’ils constituent une minorité. C’est bien d’exprimer son opinion, mais vouloir travestir la réalité ou vouloir prendre son désir pour de réalité peut parfois vous rendre aveugle, si vous ne l’êtes pas déjà. Il ne faut chercher à réécrire l’histoire. Le temps restituera toute chose dans son contexte. K.W

  2. Hassan Zenal Abuden

    Monsieur Andre Serboua,

    Si tu es un vrai intellectuel tu sais que l’histoire de la crise de ton pays ne date pas de l’ère Deby. De ce fait tu conviens avec moi que le problème de la RCA n’a pas commencé avec Deby ou les Musulmans résidents en RCA  en sont l’origine. Et n’oublie pas  qu’il y a des milliers et des milliers des centrafricains qui résident au Tchad. Si tu n’as rien entendu contre eux, c’est  tout simplement parce que les Tchadiens sont civilisés et ne sont surtout pas des carnivores  comme vous ou comme l’était déjà le soi-disant Empereur Bokassa. Depuis quand vivre dans un pays autre que le sien est devenu un crime contre l’humanité ? Si toi et d’autres Bantous de la RCA et d’ailleurs pensent que vous tuez des milliers  des paisibles Tchadiens, mangez leurs pures chairs –en direct à la télé-, pillez leurs bines, détruisez leurs lieus de culte, etc, et pensez vivre en paix comme rien n’y été, et bien vous êtes trop,trop,  naïfs. Détrompez- vous, avec  ou sans Deby, même si cela dure 100 ans vous aurez la réponse !!!!  Et quand  la revanche commencera votre France, qui est directement impliquée dans la génocide des Tchadiens (selon un reportage de France 24), comme au Rwanda hier et dans d’autres coins du monde dans son histoire macabre du colonialisme, ne sera pas en position de vous protéger !!!
    Donc, si tu es conscient de ce qui va advenir  tu ne dois pas jubiler !! A BON ENTENDEUR SALUT .

    • Jean-Avenir

      attention, faisons la paix. La guerre n’a jamais resolu un probleme. La force est relative et peut un jour basculer. Cessons tout esprit de haine et commencons a prouver que nous sommes capable de vivre ensemble. je pense Tchadien ou Centrafricain, nous sommes des etres humains dignes de vie. ne tuons pas nos prochain avec des armes a feu, ne tuons pas nos freres avec des machettes. Car tout ce que nous faisons ici bas nous devenons ridicule le jour de notre mort.

  3. j’ai l’impression que le soit disant centrafricain Andre Serboua n’est pas un vrai centrafricain; ou il ne connait l’histoire de son pays. le problème centrafricain ne date pas de l’ère de Deby moins encore le Tchad n’est pas à l’origine de leur problème. cher ami relie l’histoire de ton pays

  4. etnen

    serboua tu a mal comprit la situation de tn pays et tu te trompe le cible, les seleka c vs les antibalaka c encore vs. les tchadiens ceux ke vs avez tues; violes; voles; egorges; manges leur chairs je n’ai jamais vu un etre humain mange la chair d’un etre, et pilier des mosquees dechirer un livre saint coe le courant.ne dit on pas ke ki seme vent recolte le tempete vs avez déjà semez un jr vs récoltez aussi,le president deby n’est pas despote il vs a soutenu pendant une decenie avec ses propres moyent pour la stablite de la republique Centrafrique il a dit aux tchadiens ne venger pas avec nos freres centrafricains vs croyez au force europienne ou francaise mais sans deby ya pas la paix chez vs et un jr vs ns payez tres cher le sang coule

    • Jean-Avenir

      si vous blanchissez c’est pas bien. Le temps n’est pas pour ce discours. Moi personnellement, je suis touchee quant des livres saint ont ete brulee de part et d’autre. C’est de la catastrophe par ce que certain Seleka ont dechire des Bibles et donnent des communions a des cochons. et des gens ont aussi brule le coran. C’est impensable. C’est pas la religion qui devrait nous diviser car tout ce que nous faisons ici bas a travers la religion, c’est de se rapprocher du Divin. C’est pourquoi je dis si nous transformons cette crise sous le regard religieux, nous n’allons pas nous en sortir. Des Centrafricains ont perri, des Tchadiens ont perri; Mais au non de quel principe nous avons fait cela. est ce que la religion que nous pratiquons est nee chez nous Centrafricains ou Tchadien? pourquoi nous faisons comme si c’est le debut des annees ou nos religions sont nees? Soyons toujours freres, depassons nos convictions religieuses et batissons nos deux pays. C’est des frontieres coloniales qui nous divisent. J’ai beaucoup apprecie ma vie au grand seminaire, dans un environnement multi- culturel et multi- regional. Car chaque individu est unique et est special. 

  5. Dongomalet Michel

    Ça ne vous fait pas honte ? Les soit disant Tchadien et soudanais ont vécu combien d’année en République centrafricaine, 
    – soyez les bienvenus nous vous attendons 
    – qui dit antibalaka dit peuple centrafricaine 
    – ont utilisera tous moyen possible faire cette combat jusqu’à preuve contraire