Toumaï Air Tchad, une histoire abracadabrante,

Toumaï Air Tchad est la société nationale des transports aériens, celle-là même qui a été bâtie sur les cendres d’Air Tchad dont les démolisseurs à la solde des intérêts étrangers sont toujours aux commandes de l’administration tchadienne sans qu’on leur demande des comptes !

Tout au début de sa création, Toumaï faisait, semble t-il des bénéfices, ce qui était d’ailleurs invraisemblable et curieux pour une société publique sous le régime Deby ! A la fin de chaque exercice, les recettes sont immédiatement récupérées par l’ancien et l’actuel Ministre des infrastructures, A. Younousmi, pour être versée dans les caisses de l’ex ANAT aux fins de servir des caisses noires à Deby et à ses acolytes.

Au moment du changement de l’équipe dirigeante par celle du fils de Deby, la flotte de Toumaï se composait comme suit :

–          1 Airbus A-320 loué par Air Jordanie à TAT :

–          2 Fokker, en location vente de l’Afrique du Sud

–          1 DC-9

–          1 G-II (Gruman-II)

–          1 Boeing 747 acquis par TAT mais au nom de Zakaria Deby.

 

Qu’en est-il de la situation actuelle ?

Rappelons que depuis bientôt 10 ans, TAT est dirigé par le fils de Deby, Zakaria, qui la cumule avec sa fonction de Dircab de son père.

–          La Jordanie a récupéré son airbus parce que TAT est un mauvais payeur ;

–          Il en est de même pour les 2 Fokker qui étaient en location-vente. En récupérant ses Fokker, la société sud-africaine a en même temps confisqué ce qui a été préalablement payé.

–          Le DC-9 est garé dans un hub à l’aéroport de Johannesburg, où tous les passagers ont pu l’apercevoir avec une inscription très visible, « Toumaï Air Tchad »

–          Le G-II, cadeau du Guide libyen, qui faisait la fierté du Tchad aux premières heures du MPS, a été longtemps utilisé par Zakaria Deby pour ses escapades d’alcôves du weekend en Afrique du Nord ou dans le Pacifique, et n’est plus dans le circuit et on ne sait même pas ce qui est advenu à ce petit bijou d’antan.

–          Le Boeing 747 n’a pas pu être immatriculé, ni mis en service, parce que acheté au nom personnel de Zakaria.

Ainsi va et vit le TAT, malgré les nombreuses injections dans ses caisses du cash de la présidence, TAT est une société en faillite, c’est un cadavre à la merci des vautours. C’est une société fictive qui sert tout simplement à faire toutes sortes de trafic illicites en son nom mais qui ne rend, ni rapporte aucun intérêt à l’Etat. Le TAT est entièrement au service de Zakaria et de sa cour. Aujourd’hui, la vraie patronne est la propre tante de Monsieur le Directeur du Cabinet, qui a placé ses enfants dans les différentes représentations et qui sont le relais de ce large trafic. Et tout cela se passe sous le nez et à la barbe de l’actuel Ministre des infrastructures et de l’aviation civile qui est le vrai parrain de toute cette mafia.

Un ex employé indigné d’Air Tchad (N’Djamena)

 

 

 


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Dr Gotti

    N’djamena International airport should be named Dr Gotti  international airport !