Ils envisagent de demander la grâce au président tchadien – Le Parisien

Les six Français de L’Arche de Zoé, qui doivent purger huit ans de prison en France après avoir été reconnus coupables au Tchad de tentative d’enlèvement de 103 enfants, «envisagent» de demander la grâce au président tchadien Idriss Deby Itno, a annoncé lundi l’un de leurs avocats.

«Nous sommes en train d’envisager de faire une demande de grâce au président Deby, par l’intermédiaire du ministère tchadien de la Justice», a déclaré à l’AFP à N’Djamena Me Jean-Bernard Padaré, l’un des conseils tchadiens des six membres de l’association française. «Nos clients sont d’accord», a ajouté Me Padaré.

L’avocat a déclaré ne pas être «totalement surpris» par la peine de substitution de huit ans de prison prononcée lundi par la justice française.

Cette dernière devait adapter au droit français la peine de huit ans de travaux forcés infligée le 26 décembre par la Cour criminelle de N’Djamena aux six condamnés, transférés deux jours plus tard en France conformément à un accord bilatéral. «Il va falloir se faire à l’idée que la peine est définitive, ce n’est pas la peine de faire croire à nos clients que leur peine changera en France», a estimé Me Padaré. La décision de la justice française est «très difficile à supporter pour nos clients», a-t-il souligné.

Le 25 octobre, l’association française L’Arche de Zoé avait tenté d’exfiltrer 103 enfants présentés, à tort, comme des orphelins du Darfour voisin, depuis l’est du Tchad vers la France, où des familles d’accueil les attendaient.


Commentaires sur facebook