Les Brèves de N’djaména: Le Tchad en cessation de payement

A plusieurs reprises et malheureusement, Tchadactuel a alerté, chiffres à l’appui, l’opinion publique sur  les dérives et les pillages systématiques des ressources du pays par une bande organisée, des prédateurs regroupés autour du Sultan.

Depuis que les différentes régis financières et les pans entiers de l’économie nationale ont été partagés comme des gâteaux de Noël par les différents clans au pouvoir, il manque de l’argent au Tchad. Les liquidités ne circulent plus sur les marchés d’échanges commerciaux. Malgré le comportement ostentatoire et la vie impudique que mènent les enfants de la famille du Sultan,  le citoyen lambda peine à joindre les deux bouts. La thésaurisation de toutes les recettes du pays est telle que, comme au plus mauvais temps de 1979, les billets de banque disparaissent petit à petit de la circulation !
Dire qu’il manque de l’argent au Tchad est un euphémisme ! la situation est tellement criarde que le Gouvernement – ou ce qu’il en tient de lieu, était obligé d’aller d’abord s’agenouiller devant l’autre autocrate de Guinée équatoriale pour boucler les mois de Janvier-Février-Mars.  Ensuite, il a dépêché dans la deuxième quinzaine d’avril à Washington auprès de la BM et du FMI une mission conduite par le Ministre des Finances accompagnée des D.G du Budget et du Trésor et du Coordinateur de la Cellule économique. Le pauvre ministre qui n’est pas un néophyte né à la dernière pluie savait pertinemment ce à quoi il sera confronté une fois à Washington! Comme prévu, les deux institutions n’ont pas marché sur le dos de la cuillère. Elles  ont demandé en effet derechef un audit complet des comptes des douanes, des impôts, de la cimenterie et de la raffinerie de Djarmaya ;  or tout le monde, à commencer par ces  institutions, qui continuent à couver et à couvrir les dérapages du Sultan, savent que ces secteurs échappent totalement au contrôle du Ministère des Finances. Ainsi les discussions avec la BM et le FMI ont tourné court ; c’était une réunion des dupes en fait ! A son retour, avant même qu’il ne rende compte de sa mission, le même Ministre des finances a été dépêché à Libreville  pour quémander un prêt aux fins de boucler les fins du mois d’Avril. A ce jour, au niveau de l’armée, seuls les éléments de la DGSSIE (forces parallèles pour la protection du système) ont perçu les salaires du mois d’avril ; la grande muette, considérée comme des supplétifs corvéables et malléables  à la merci, attend toujours.
Pendant que le pays glisse doucement mais sûrement dans l’abîme, le maître de céans, panique, gesticule et cherche des solutions alambiquées et illusoires: réductions des postes ministériels ; suppression des postes des sous-préfets et  éventuellement réduction des départements et des régions, etc. (On se demande pourquoi il n’a pas touché aux indemnités des sultans et chefs de canton qu’il crée toutes les 5 mn!) Tout cela ne rimera absolument à rien tant que la masse des liquidités transformées en devise et enfouies dans des caves de leurs domiciles,  creusées  pour la circonstance par tous les membres de la famille Deby, ne sera pas restituée au trésor public, et que les entreprises publiques cessent d’être des boutiques privées aux mains des bambins incultes et analphabètes. Or, selon les observateurs avertis l’horizon ne se fera que s’assombrir ; l’immoralité ayant atteint tout le corps de l’Etat, Deby lui-même commence à tricher honteusement. En effet, le budget alloué à ses déplacements incessants, inutiles et sans intérêt pour le pays, représentant 20% de tout le budget de la présidence, a été dépassée en 3 mois, et puis, les déplacements du sultanat sont financés par les autres rubriques du budget de la présidence ; en 6 mois le budget de la présidence est épuisé, complètement. A l’heure actuelle, les déplacements du sultan et le fonctionnement de la présidence sont couverts par les budgets des Ministères! En un mot, tout le budget de l’État finance exclusivement les promenades du Sultan et le fonctionnement de sa cour. A la fin, les services du ministère des finances et ceux de la présidence sont mobilisés pour équilibrer tous les comptes: les écritures finales correspondront aux prévisions initiales!
Après avoir légalisé le vol à grande échelle, le monde de Deby franchit la porte de la tricherie comme de vulgaires larcins ! Que Dieu sauve le Tchad.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook

3 Commentaires

  1. SBA

    Pendant que les fonctionnaires Tchadiens tirent le diable par la queue pour toucher le salaire du mois d’avril, le gouvernement Tchadien paie le salaire des fonctionnaires Centrafricaine responsable de massacre des milliers citoyens Tchadien pour une masse salariale de 5 milliards de F CFA (source voir le site de la présidence du Tchad), C’est du jamais vu, les assassins de milliers de Tchadiens sont payés à cout de milliards, il est scandaleux et honteux pour le peuple Tchadien.

  2. Warou mahamat Doki

    au lieu qu’on tire le diable par la que, maintenant,c’est le diable qui nous tire par la que.
    Ainsi va le Tchad du sultan ITNO .Tanpis pour les fonctionnaires du Tchad et même c’est bien fait pour leur geules. Car, ils ne lèvent même pas le petit doigt pour dire,qu’ils en ont marre.

  3. nini

    ce grave pour un le TCHAD qui n’arrive pas à payer ses fonctionnaire malgré le pétrole le ciment et les recettes douanières ce grave et honteux pour un pays comme le Tchad ce pas une fierté pour un président d’un pays qui ne fait que profité sa famille les autres tchadiens s’accroupir dans une pauvreté totale il ne faut être fier un bien mal acquis ne profite pas.