Les Brèves de N’djaména: Abdoulaye Sarwa, l’ex-prisonnier de Deby dans un de ses sports favoris

Abdoulaye Sarwa, le connaissiez vous ? C’était ce rebelle au système de Deby qui avait rallié à l’occasion des accords de Libreville, avec le mouvement de Mahamat Garfa, actuellement ministre des télécommunications dans le gouvernement de Kascou.

Ce rallié qui se croyait tout permis à son arrivée, a été arrêté par les sbires de Deby et envoyé dans les geôles de Bardaï. Libéré et réhabilité, il fut nommé Général dans le tas de plus de deux Généraux de Deby. Il a été envoyé depuis le 25 janvier 2008 en mission commandée dans le Dar Sila (zone de Goz-Beïda), un espace qui ne lui est pas étranger. Equipé des véhicules et escorté par des éléments triés sur le volet par lui, il sévit dans la zone de Koukou Angarana, Morena, Tiero, Amdjiremé et plus au sud. L’objectif de sa mission est de créer une ceinture de sécurité vide de toute population arabe tout le long de la frontière du Dar Sila avec le Soudan. Ce qui, en réalité, consiste à évacuer de force les populations arabes qui vivent le long de la frontière soudanaise. Ce fameux Sarwa, connu pour son anti arabe primaire, a trouvé l’occasion de prendre sa revanche. Ainsi, depuis quelques jours, il commet des graves exactions contre les paisibles citoyens arabes : pillage systématique des ferick, arrestations en masse et disparition des personnes….. Les groupes arabes concernés sont : les Hamidé, les Maharyé ; les Falaïté, les Abidié, les Alaoné, les Beni Hissene.

Afin de mener à bien cette opération à l’abri de tout regard, il a été procédé préalablement au tri et au renvoi sous différents prétextes de tout élément militaire arabe hors de la zone d’opération. Par ailleurs les militaires zaghawa et goranes présents dans la zone ont refusé de suivre Sarwa dans ses besognes.

Il semble que le 3xD, le fou fou Général, Gouverneur du Ouaddaï dont Dar Sila est dans sa zone de compétence est dans tous ses états. Aux dernières nouvelles, il s’est vite calmé quand le Général Daoud, Chef d’Etat Major de l’Armée lui a indiqué que les instructions venaient directement de Deby. Selon certaines indiscrétions, ces arabes qu’il faut déplacer, sont considérés comme des soutiens aux différentes rebellions tchadiennes et informateurs du régime soudanais. On attend à ce que le fou fou Général démente ces informations comme il en a l’habitude et on vous en dira un peu plus. Décidemment le ralliement de Eldjineidi et de Touffa est loin de réconcilier Deby avec la communauté arabe !!

Eldjineida, Touffa et consorts – Certains de ces nouveaux ralliés au régime ont fait un tapage autour de leur retour. Chacun se targuant d’avoir plus de militaires et de véhicules que l’autre pour avoir les faveurs de Deby. Comme toujours, ceux là également ont oublié un temps soit peu que leur futur chef a la rancœur tenace et plus d’un tour dans son sac. Ces chefs sans troupe, ayant procédé à des recrutements une fois à l’intérieur du Tchad, moyennant mille et une promesses aux nouveaux venus se trouvent être confrontés à des difficultés inattendues d’eux. Comme les promesses (grade, argent….) tardent à se concrétiser, alors la grogne semble gagner la troupe concentrée au camp d’instruction de Moussoro. Cette troupe constituée en réalité de trois groupuscules qui sont les clans de Mahamat Hassan Kokiss, Ousmane Alfal et Eldjineidi ont également en leur sein des difficultés de cohabitation. Alors certains commencent à regagner tout simplement leur ferick sans qu’une autorité militaire n’ait à lever le petit doigt. Et dans tout ça les « intellos », les Koma Manoufi, Amine Ben Barka…. Ceux là, sont bons pour faire le décor. Ils n’ont ni militaires, pardon combattants, ni armes, ni Toyota !! Le temps d’un séjour à l’hôtel comme d’autres avant eux, et gentiment éconduits chez eux. Les deux compères comptent les jours en attendant un éventuel remaniement ministériel pour espérer trouver un strapontin. Pour le moment, Ben Barka s’affaire activement pour récupérer ses multitudes de villas occupées par les militaires de la sécurité de Deby.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook