Pour Mouton de Panurge, Soubian en est la tête! – tchadonline

Ahmat Hassaballah Soubiane, à  NDjamena,  le 7 mars.  Credit: JA

Ahmat Hassaballah Soubiane, à NDjamena, le 7 mars. Credit: JA

Dans l’article du Jeune Afrique en date du 28 Avril 2014 intitulé “ Tchad: Les  mutins”, un homme en mal de publicité avait declenché l’hilarité et la stupéfaction  des tchadiens en faisant un rappel de la “ Paranoïa de Habré….” Et en trouvant aussi  la source de ses malheurs chez les Frères Erdimi au lieu de reconnaître les  nombreuses scories qu’il a toujours portées en lui-même.

Hassaballah Soubiane est un homme qui est en quête perpétuelle d’adaptation et d’intégration socio-économique. Ses réactions proviennent beaucoup plus de ses  nombreux échecs personnels que de la raison politique. On aurait pu ne pas  répondre si l’homme était à la hauteur de ses ambitions. Mais s’agissant d’un  Soubiane, un des moutons de Dindenault, il faut remettre la pendule à l’heure.

Le régime de l’UNIR a certes tué des hommes et des femmes mais qui de nous tous a  entendu le nom de Soubiane qui travaillait entre temps dans un hotel de Tripoli et  qui vivait des subsistances d’Adoum Togoi à cette époque? Mais on se rappelle bien  de ses casseroles qui le suivront aussi longtemps qu’il n’aura pas rendu compte  devant la justice indépendante et devant le peuple : le complot « RDP » inventé de  toute pièce en Janvier 1992 pour décimer l’ossature politique et intellectuelle de  la formation de Mr LOL ; l’assassinat en direct e Mr Bisso Mamadou dont le principal auteur se dit prêt à témoigner au moment opportun ; le transfert de plus de 60  tchadiens de l’opposition du Nigéria voisin pour être exécutés et jetés dans le  Chari. C’était la triste « caravane de la mort » dont le journal « Alwihda » avait  fait sa ligne éditoriale et que ce même Soubiane avait fait des mains et des pieds  pour négocier avec le propriétaire du journal. L’un des rares survivants, le Gal Oumar Kadjallah Boukar racontera cette épopée au moment venu, dès lors qu’en matière de  meurtre il n’y a pas de prescription.

Habré a tué en 8 ans un certain nombre qu’on lui accorde ; Soubiane en 6 mois  d’exercice au Ministère de l’Intérieur a réalisé un nombre de crimes dignes d’un  record de « Guinness ». Faites le calcul comparatif !

Pour “muttin de panure” il en est un! L’homme n’a jamais dirigé que de suivre  bêtement les autres depuis sa naissance. Son seul fait d’arme c’était de créer la  CDDC qui n’avait pour membres que lui, sa femme, Abdoulaye Berry et Adoum Djimet.

Habré a-t-il besoin de tuer un refugié d’échec Scolaire qui avait trainé ses  casseroles en Russie, France, Syrie et Libye?

Parlant des frères Erdimi, Je ne suis pas un adepte des frères Erdimi, loin s’en  faut mais il faut reconnaître en eux leur quête permanente de la compétence et de  l’excellence autour de Deby. Deby a-t-il trouvé mieux que les cadres que les frères  Erdimi avaient triés, cooptés et mis à sa disposition pour emploi ? Malgré les  brimades qu’ils subissent à tour de rôle, ce sont les mêmes qui se succèdent depuis  bientôt un quart de siècle. Malheureusement pour lui, ces qualités sont des dénis  chez Mr Soubiane. Son incompétence était tellement criante que le seul poste qu’il  a occupé était celui de ministre de l’Intérieur où il a pu nous rappeler le mot “Bavure”. Que peut-il mieux faire si le Tchad n’est pas un pays dirigé par des  cancres?

Toutefois rendons à César ce qui est à César, Mr Soubiane excelle dans un domaine très spécifique : Une méchanceté atavique au service de son propre égo. Ce  Monsieur a toujours rêvé d’être le Grand Chef de la communauté arabe au Tchad, non pour la servir mais pour s’assoir dessus tel un monarque du moyen âge en humiliant  celui-ci, en chicotant celui-là et enfin les traquant partout …. Il a rêvé d’être l’unique interlocuteur auprès de Deby pour que les autres viennent se prosterner  devant lui, enlever leurs turbans. Justement ce que les frères Erdimi refusaient de  lui concéder, connaissant son assiette politique quantitativement et qualitativement.  N’est-ce pas lui qui était à la base juste à peine rallié à Deby de toutes les manigances qui avaient conduit Mr ANNADIF, l’homme de ses cauchemars en prison ? Et comble de sacrilège il était le seul- je dis bien le seul- cadre de sa communauté à ne pas lui rendre visite après sa libération.

N’a-t-il pas dit dans le maquis au Soudan quand il a refusé de faire partie de  l’équipe dirigée par Timan “ Je ne travaillerai plus jamais sous les ordres d’un  Zakawa, j’ai accompagné Deby comme on accompagnait un jeune marié à sa nouvelle demeure et tout le monde était témoins comment il m’a remercié ”. Où en est-il  aujourd’hui? N’est il pas entrain de prendre ses ordres de chez un “Zakawaien” pour  dire un petit Zakawa en la personne du Fils d’Idriss Deby? En réalité Mr Soubiane s’était confié à ses proches pourquoi les vrais mobiles de son refus d’adhérer à  l’UFR. « Non pas seulement Timan ne me laissera pas prendre de l’ascendance sur mes  adversaires mais il va me laisser à leur portée ; ensuite je ne vais pas être sous  Abdelwahid qui n’ jamais été plus qu’un sous-préfet. » Tout t’est dit, en  politique, s’il voit passer devant lui un autre arabe, il s’attrape la diarrhée !  Pure méchanceté d’un petit homme !

Le lézard à beau faire des pompes, mais il n’a toujours pas développé des muscles.  Soubiane refuse d’être. Il veut paraitre. En créant un autre bureau politique au  sein du Bureau politique du MPS, l’homme veut dire aux autres militants qu’il n’est  pas leur égal. Et pourtant, il danse toujours dans le même endroit sans le moindre  applaudissement.

Soubiane aurait dû user de son temps pour animer la mission spéciale du Président ou  revisiter le slogan charmeur “Ni Or, Ni Argent” du MPS qui a fait de lui un colonel  sans prestige que de se jeter dans une presse de propagande pour citer Habré et  calomnier les frères Erdimi. Et maintenant qu’il côtoie Mr Lol Choua dans les  allées du pouvoir, aurait-il une coudée franche pour le regarder droit dans les  yeux ? Que dira-t-il du chef d’œuvre de l’Ambassadeur Allah-mi où son nom ne figure  nulle part alors que les grands leaders politiques de son époque de maquis y sont ?

Et Si les défunts Ousman Gam, Djibrine Dasser et Maldom Bada écrivaient aussi  l’histoire du MPS avant leur mort, Soubiane se situerait-il parmi les membres  fondateurs du MPS comme il se le réclame dans son conseil permanent?

Salah Aboulfatné


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Djibrine

    Pour moi la liberté d’expression est une liberté sans concession. Mais à la longue je fut forcé de constater que certains en abusaient de cette liberté de parole en transformant: liberté de défendre ces idées en liberté d’insulter ou de dénigrer leur adversaires. le fais d’insulté un grand monsieur parce que tu es médiocre.