Tchad: la rébellion tchadienne déclare avoir pris Oum Hadjer (est) – Afp

La rébellion tchadienne a déclaré s’être emparée mercredi d’Oum Hadjer, une localité de l’est du Tchad située entre Abéché, la ville la plus importante de cette région, et la capitale N’Djamena, selon son porte-parole, Abderaman Koulamallah.

« Nous sommes à Oum Hadjer depuis 13H30 (12H30 GMT). Les troupes gouvernementales ont fui en direction d’Abéché (centaine de km à l’est). Elles ont refusé de se battre« , a déclaré le porte-parole joint par téléphone satellitaire depuis Libreville.


« Nous avons eu des ralliements à Oum Hadjer (500 km à l’est de N’Djamena) et dans les autres villes de la région« , a précisé M. Koulamallah. L’information n’était pas confirmée de source officielle tchadienne mercredi après-midi.

Par ailleurs, « dans la matinée (de mercredi), une colonne de plusieurs véhicules rebelles a été signalée à Am Dam« , une localité située à une centaine de kilomètres au sud d’Abéché, ont indiqué une source militaire à N’Djamena et des observateurs indépendants.

Am Dam est à mi-chemin entre Oum Hadjer et la zone d’Adé, à la frontière tchado-soudanaise, où l’aviation gouvernementale a bombardé mardi des éléments rebelles tchadiens qui avaient franchi la frontière.

Les autorités de N’Djamena avaient accusé mardi le Soudan d’avoir « ordonné » aux rebelles tchadiens installés au Darfour de franchir la frontière pour attaquer les positions de l’armée tchadienne.

Un officier de l’état-major de l’armée, sous couvert de l’anonymat, avait indiqué le même jour que l’aviation avait bombardé les rebelles dans la région d’Adé et que ces derniers avaient été « mis en débandade » avant de « repartir à l’intérieur du Soudan« .

« Peu de troupes gouvernementales sont concentrées entre Adé et Oum Hadjer. Il apparaît que les rebelles se déplacent sans véritablement chercher l’affrontement avec l’armée tchadienne« , a-t-on souligné de source militaire à N’Djamena.

N’Djamena accuse régulièrement Khartoum « d’armer et d’entretenir » sur son sol des rebelles tchadiens. Début janvier, l’aviation avait bombardé des positions de rebelles tchadiens au Darfour.

Ces nouvelles violences coïncident avec le début du déploiement de la force européenne au Tchad et en Centrafrique (Eufor).

L’Eufor a pour mission de veiller à la sécurité de 241.000 réfugiés soudanais du Darfour dans l’est du Tchad et de 3.000 autres dans le nord-est de la Centrafrique, ainsi que des 179.000 Tchadiens et 20.000 Centrafricains déplacés, à l’intérieur de leurs pays respectifs, par les violences.


Commentaires sur facebook