Tchad: des rebelles affirment progresser vers N’Djamena – Afp

Une colonne de véhicules de rebelles tchadiens, qui se trouvait jeudi matin près d’Ati, à quelque 400 km à l’est de N’Djamena, progresse désormais vers la capitale tchadienne, a affirmé un porte-parole des rebelles.

« On a quitté les environs d’Ati à 08h00 (07h00 GMT) et nous sommes en mouvement vers N’Djamena« , a affirmé Abderaman Koulamallah, joint par téléphone satellitaire de Libreville.

« Nous allons venir sur N’Djamena dans les prochaines heures. Nous sommes dans les environs d’Ati depuis hier (mercredi) soir », avait indiqué auparavant Id Mouara Maïdé, contacté jeudi par téléphone satellitaire de N’djamena.

M. Koulamalah s’est refusé pour des « raisons stratégiques » à préciser si l’objectif des rebelles était de rejoindre la capitale tchadienne.

« Nous avons été bombardés (par l’aviation) souvent depuis que nous sommes entrés (il y a 48 heures) à l’intérieur du Tchad et également à Ati pendant la nuit« , a par ailleur précisé M. Maïdé. « Il n’y a pas eu de combats terrestres » jusqu’à présent avec les troupes gouvernementales, a-t-il dit.

Cette colonne a été signalée mercredi soir dans la zone d’Ati, une localité sur l’axe principal reliant l’est du Tchad à sa capitale, avaient indiqué auparavant des sources militaires à N’Djamena.

Selon ces sources, les rebelles, dont on ne connaît pas le nombre précis, ont avancé mercredi après-midi à partir de Oum Hadjer (à 150 km à l’est d’Ati) où ils se trouvaient à la mi-journée.

La colonne se déplace en évitant les positions de l’armée tchadienne, sans chercher l’affrontement direct, et n’a donc pas rencontré de résistance jusqu’ici, ont affirmé ces sources, tout en précisant que les forces gouvernementales s’apprêtaient à lancer une contre-offensive.

Dans un communiqué transmis à l’AFP à N’Djamena dans la nuit de mercredi à jeudi, le gouvernement tchadien avait confirmé l’avancée rebelle jusqu’à Oum Hadjer, mais a assuré qu’elle était « vouée à l’échec ».

« La situation est sous total contrôle et (…) toutes les dispositions sont prises pour mettre fin à cette énième aventure« , a-t-il ajouté, appelant « la population à garder son calme« .

Le gouvernement souligne que la situation « ressemble étrangement à celle du 13 avril 2006« , quand une colonne rebelle était parvenue aux portes de N’Djamena, après avoir traversé le Tchad à partir de la frontière soudanaise en moins d’une semaine.

L’armée avait finalement repoussé les rebelles dans les faubourgs de la capitale.


Commentaires sur facebook