Tchad: l’armée à la rencontre d’une colonne de rebelles se dirigeant vers N’Djamena – Afp

L’armée tchadienne est allée à la rencontre d’une colonne de rebelles tchadiens composée d’environ 300 véhicules, qui a progressé ces derniers jours depuis la frontière soudanaise et se trouvait jeudi matin à 300 km à l’est de N’Djamena, a-t-on appris de sources militaires.

L’armée gouvernementale est partie mercredi soir à la rencontre de cette colonne formée par l’alliance née fin 2007 des trois principales rébellions hostiles au président Idriss Deby Itno, jusque-là incapables de s’unir, selon plusieurs sources militaires à N’Djamena.

« Le président Deby est lui-même parti au front, et on s’attend à ce que l’armée aille au contact aujourd’hui (jeudi) », a expliqué une de ces sources.

« Les rebelles sont dans la zone du lac Fitri« , a précisé à l’AFP une source militaire dans la capitale tchadienne. « Il y a 300 pick-up, c’est une grosse force« , a-t-elle ajouté.

Un pick-up peut transporter dix à quinze hommes.

« Nous avons quitté les environs d’Ati (400 km à l’est de la capitale tchadienne) à 08h00 (07h00 GMT) et nous sommes en mouvement vers N’Djamena« , avait affirmé dans la matinée Abderaman Koulamallah, joint par téléphone satellitaire de Libreville.

Il s’est refusé pour des « raisons stratégiques » à préciser si l’objectif des rebelles était de rejoindre la capitale tchadienne.

« Nous allons venir sur N’Djamena dans les prochaines heures. Nous sommes dans les environs d’Ati depuis hier (mercredi) soir« , avait indiqué auparavant Id Mouara Maïdé, contacté jeudi par téléphone satellitaire de N’djamena.

« Nous avons été bombardés (par l’aviation) souvent depuis que nous sommes entrés (il y a 48 heures) à l’intérieur du Tchad et également à Ati pendant la nuit« , a par ailleur précisé M. Maïdé. « Il n’y a pas eu de combats terrestres » jusqu’à présent avec les troupes gouvernementales, a-t-il dit.


Commentaires sur facebook