Face aux rebelles, l’armée tchadienne fortifie la capitale – Reuters

Des rebelles tchadiens soutenus par le Soudan ont progressé vers l’Ouest le long de la route menant à la capitale, N’Djamena, a annoncé le gouvernement tchadien, tandis que l’armée prenait position aux voies d’accès de la ville.

Selon une source proche de la sécurité tchadienne, la colonne rebelle serait constituée de quelque 300 véhicules. Après avoir traversé la ville d’Ati, elle s’est arrêtée à quelque 250 km de la capitale, stoppée par la progression en sens opposé d’un détachement de l’armée tchadienne.

Les rebelles s’opposent depuis des années au gouvernement, soutenu par des forces françaises terrestres et aériennes.

En avril 2006, une attaque de la rébellion à N’Djamena avait été repoussée par l’armée, les combats faisant selon des estimations plusieurs centaines de morts dans les rues de la ville.

Selon les autorités tchadiennes, les rebelles sont entrés mercredi dans la ville d’Oum Hadjer, à 500 km à l’est de N’Djamena, après avoir franchi la frontière soudanaise en début de semaine.

Mais de source proche des services de sécurité, on indique sous le couvert de l’anonymat que la colonne rebelle s’est déjà approchée de la capitale.

« Ils ont dépassé Ati et se sont arrêtés à l’ouest de la ville (…). Il y a une colonne de l’armée tchadienne face à eux, et d’autres forces tchadiennes entre eux et la capitale, » a déclaré la source, assurant que la capitale ne courait aucun danger.

ÉCOLES FERMÉES
L’armée a néanmoins renforcé sa présence autour de N’Djamena et pris des positions défensives aux accès nord et est de la ville, a indiqué un témoin Reuters.

Dans les écoles, les enseignants ont renvoyé les enfants chez eux. Les commerces et les marchés sont cependant restés ouverts.

« La guerre ne nous concerne pas, nous civils. C’est pourquoi je rentre chez moi, par mesure de prudence, pour ne pas me faire tuer dans la rue », a déclaré Mahamat Adoum, l’un des nombreux fonctionnaires ayant quitté son bureau pour rentrer chez lui.

L’ambassade de France a fermé l’école française de N’Djamena et conseillé à ses ressortissants de restreindre leurs déplacements à l’intérieur de la ville, rapporte Radio France International.

Les soldats européens de l’Eufor doivent se déployer dans l’est du Tchad dans les semaines à venir afin d’y protéger les centaines de milliers de réfugiés ayant fui la région voisine du Darfour, au Soudan.

Les deux pays africains s’accusent mutuellement de soutenir les rébellions actives dans leurs territoires respectifs, et démentent chacun cette accusation.

Moumine Ngarmbassa, Version française Gregory Schwartz


Commentaires sur facebook