Les Brèves de N’djaména : Manque-t-il réellement de l’argent au Tchad ?

Les tchadiens assistent et observent, incrédules, à la sècheresse financière que traverse le pays : les arriérés des salaires s’accumulent surtout en provinces, il en est de même pour la dette intérieure, il n’y a aucun engagement au niveau du ministère des finances, sauf pour éponger ou régulariser les malversations effectuées par les services du palais rose. Et Deby d’accumuler des emprunts : rares sont les pays de l’Afrique centrales qui n’ont pas fait un prêt au Tchad. Et pourtant le Tchad est un pays producteur de pétrole !!

Les habitués du palais rose ont trouvé une explication simple à ce paradoxe. En 2008, après l’attaque des rebelles et le retrait de ceux-ci, Deby se serait retrouvé sans un sou, dans une situation financière extrêmement grave. Alors cela, lui aurait servi de leçon. C’est à partir de ce moment que Deby aurait sérieusement pensé à se constituer un butin de guerre pour parer à toutes les éventualités, et c’était le début de la privatisation tout azimut au profit des membres de sa famille, tout ce qui appartient à l’Etat : les régies financières, les sociétés para publiques, les marchés de l’Etat, la confection des documents officiels, etc. Chaque élément de la famille doit avoir son propre butin, mobilisable au moment opportun. C’est dans cette logique que répond aussi la nomination de Saley Deby à la Douane. Pour ce faire, le bureau principal de Nguéli a été scindé en 4 bureaux :

–          Bureau Containers,

–          Bureau régimes économiques,

–          Bureau Autos,

–          Bureau divers.

Seules les recettes du Bureau Containers sont versées au Trésor Public. Ce Bureau concerne les importations de la mission « Epervier » et toutes les grandes entreprises qui passent généralement par les transitaires (S.D.V , SAGA). La règlementation interne de ces entreprises oblige ces dernières à ne remettre les chèques de leurs dédouanements qu’au Trésor public, strictement au Trésor public. Ainsi les produits des 3 autres bureaux sont versés directement au compte personnel de Saley Deby.

Par ailleurs selon les mêmes sources, les innombrables déplacements de Deby sont aussi une autre source de thésaurisation, une façon « légale » des détournements. En effet, à chaque déplacement, Deby ne prend pas moins de 2 milliards CFA de frais de mission, mais les dépenses réelles n’auraient jamais dépassé 500 millions de CFA et le reliquat va immédiatement dans les différents contenaires disposés dans des endroits hautement sécurisés.

Correspondance particulière
N’Djamena – Tchad

 


Commentaires sur facebook