Quand le Président de l’Association des Jeunes Unis pour la Réconciliation et le Développement (AJUND) piège la Télé Tchad.

Comme son nom, l’indique cette association a été créée par des jeunes Béris qui ne sont pas en odeur de sainteté avec le système Deby pour promouvoir la paix, la réconciliation, préludes à un développement harmonieux de la zone. Elle est animée par un certain Cherfadine Nassour Tedoué, de la grande famille de Deby ; grièvement blessé lors de l’attaque de FUC en 2006, il n’avait pas bénéficié des soins adéquats à cette époque contrairement à d’autres qui n’avaient que de petites égratignures mais qui avaient bénéficié des évacuations en Europe ou en Egypte. Remis de ses blessures, le jeune homme a pris ses distances vis-à-vis de son parent et a commencé à réfléchir autrement. C’est ainsi que, parallèlement à ses activités privées, il créa avec d’autres jeunes cette association pour œuvrer à la réconciliation des fils du village et au développement de la région. C’est dans ce cadre qu’il s’était rendu dernièrement dans la zone de Tiné-Bahai- Amdjaress pour constater de visu la situation de disette et de manque d’eau dans ladite zone. Ce qu’il a vu dépasse l’entendement. La terre natale du Président du Tchad, Sultan du pays est purement et simplement sinistrée. On savait par avance qu’il n’y avait aucune structure socio-sanitaire et scolaire sur toute l’étendue du « Gouvernorat » mais il ne s’attendait pas à voir une catastrophe de cette taille : la sécheresse, manque de pâturage et d’eau potable et des produits vétérinaires font défaut et cruellement. Le milieu est jonché des carcasses des animaux de toute sorte, victimes de manque d’eau et de pâturage. Le plus ahurissant de tout ceci est la situation des habitants de la région ; en effet pour s’approvisionner en eau, les femmes et les jeunes filles s’élèvent dès 5h du matin munie des bidons vides pour se mettre aux abords des voies des routes afin de guetter le passage des véhicules des transports pour quémander un litre, deux litres auprès des chauffeurs de passage . Comble de déchéance quelques unes d’elles sont constamment l’objet des harcèlements ! Et dans ce malheur, certains, surtout les princes qui nous gouvernent trouvent du bonheur : ce sont les camions de la SNER qui s’éclipsent du chantier de l’aéroport d’Amdjeress pour faire le commerce d’eau d’un ferick à un autre.

Le jeune Président de l’AJUND a pris tout son temps pour effectuer un reportage digne d’un journaliste professionnel en filmant dans leurs moindres détails toutes les scènes de la situation. Au retour à N’djamena, il a demandé de passer à la télé pour expliquer la situation des habitants du village du Sultan. La réponse fut immédiate dès lors que le sujet se rapporte sur Amdjeress et consorts. Il fut ainsi l’invité après le journal du soir le dimanche 01/05. Mr Cherfadine n’a pas raté d’étaler la face cachée du système devant l’opinion nationale, et profiter de sensibiliser les Béris à sa manière de l’inutilité de supporter ce régime ! L’opinion tchadienne qui croyait- à tort naturellement- que Deby a fait de sa région un Eden sur terre vient de se rendre compte que le Dar Zaghawa est aussi sous équipé sinon plus sinistré que le reste du Tchad. Quant aux Béris, ils sont très contents qu’enfin le public tchadien sache que, hormis une minorité rapace et prédatrice, les Béris et le Beribé sont aussi victime que le reste des tchadiens de ce système honni et de ses turpitudes !

Depuis le passage à l’émission, c’est la stupéfaction dans l’opinion publique, le ronronnement chez les Béris et la démangeaison chez le despote !

Un proche de l’AJUND

              


Commentaires sur facebook