Les Brèves de N’djaména – Affaire Habré : Deby s’en mêle et s’embrouille.

On se demande quelle mouche a piqué Deby pour qu’il se mêle d’une affaire qu’il a soigneusement et consciemment évitée depuis les premiers jours de sa prise de pouvoir. Pourquoi rester les yeux fermés, les oreilles bouchées et la bouche cousue pendant 23 ans et puis tout d’un coup se lancer comme une fusée dont l’explosion risque d’être un boomerang, donc fatale pour son régime et pour sa personne ?

Effet, depuis le 1er jour de son arrivée au pouvoir, Deby a systématiquement zappé tout ce qui concerne le régime de Hissein Habré (HH). Aux premières heures du MPS, une Commission sur les crimes politiques et économiques du régime FAN/Unir a été créée ; la commission a remis un rapport accablant ; Deby s’y est assis dessus sans aucun commentaire et sans aucune suite. L’association créée par les victimes et les parents des victimes du système Habré n’a bénéficié d’aucun égard et moins encore de l’appui de la part de Deby ; au contraire, il a tout fait pour la marginaliser et à la limite il a semé des embuches sur son chemin. Son président fondateur qui est considéré comme débile et victime de toutes les niaiseries des bouffons du seigneur est décédéà la suite d’un accident banal dans l’anonymat le plus total.

L’utilisation massive des éléments de la DDS dans la nouvelle police politique du régime MPS, dès les premiers jours de l’arrivée de celui-ci, a heurté la sensibilité de plus d’un parmi les membres du MPS. La proximité de Deby avec la nomenklatura de l’ancien régime et le retour massif des cadres de l’UNIR après l’appel du 4 décembre 1990 ont déjà commencé a semer des doutes dans certains milieux du MPS, particulièrement sa branche MOSANAT, les cadres Béris Kobe du MPS, etc. Les scissions et les révoltes, suivies des répressions de tout genre, au sein du MPS, trouvent leur source dans la nonchalance de Deby de régler les comptes au régime de HH, conformément aux promesses faites dans le maquis.

Malgré toute l’agitation des ADH, appuyées par la communauté internationale des droits de l’homme, Deby est resté droit dans ses bottes et répète inlassablement « je suis un soldat et jai exécuté des ordres ! » Jusqu’à ce que les ADH finissent par obtenir l’inculpation de Habré avec le concours du gouvernement Sénégalais. Alors Deby panique car pour lui ou il n’y aura pas de procès Habré, ou s’il y en a, il doit se dérouler de la façon dont il le veut et dès lors, il multiplie des gesticulations maladroites qui dénote de son analphabétisme notoire en matière de la chose judiciaire: il fait condamner à mort HH au même titre que les chefs des rebellions tchadiennes alors que le dossier HH n’a fait l’objet d’aucun examen judiciaire au Tchad ; ensuite, le Tchad débloque deux milliards de CFA pour financer le procès HH. Jusqu’à ce jour le tchadien lambda se demande dans quel compte sont tombés ces deux milliards, dans le compte de l’Etat sénégalais, dans celui des chambres africaines ? Deby était encore dans les tergiversations quand « Django tire le premier », son nouveau ministre de la justice prend fonction ; celui-ci accélère les procédures , signe un protocole de coopération avec l’Etat sénégalais, finance les chambres africaines, bref un activisme suspect : de l’argent liquide coule vers le Sénégal, les ex-éléments de la DDS sont raflés à N’Djamena, prêts a être extradés vers le Sénégal, des exilés tchadiens au Sénégal sont expulsés, les juges des chambres africaines pavanent à N’Djamena, reçus en grand pompe par les autorités, etc. Le Sénégal semble avoir trouvé un créneau pour arnaquer d’avantage le Tchad. Les tchadiens suivaient d’un air suspicieux cet excès de zèle du tout nouveau ministre de la justice : ce ministre est-il intéressé par le flux financier en cours entre N’Djamena et Dakar ou en bon avocat, ex défenseur des victimes, a-t-il voulu pousser son chef à la faute, d’autant plus que dans le protocole d’accord entre les chambres africaines et le Tchad, Deby peut être convoqué, cité et entendu et même inculpé. Certains conseillers de Deby commençaient à s’inquiéter de l’activisme du ministre et font savoir à leur chef les ambiguïtés des démarches du ministre et surtout le danger que représente ce protocole d’accord pour la personne de Deby ; alors celui ci tente de mettre un holàà l’activisme de son ministre, mais c’est trop tard. Deby recule, libère les personnes arrêtées, prend ses distances avec les chambres africaines, fait un bras de fer avec celles-ci sur le cas des deux ex-directeurs de la DDS, mais c’est trop tard, Deby est cerné, il est dans l’enclos où son ex-ministre de la justice, aujourd’hui en fuite, l’y a entrainé.

Le procès de HH ne sera pas uniquement celui de la DDS, mais du système Habré pendant les 8 années de règne, du système répressif mis en place et dont l’armée, dirigée par un certain Idris Deby avec ses ComZone, sous zones, comOPS, qui ont adopté depuis un profil bas et se font passer pour des citoyens innocents, a été le bras le plus féroce et sanguinaire dans le nettoyage ethnique dont toutes les régions du Tchad ont été victimes.

Pour mémoire, Mr Deby n’a pas été seulement le ComChef de 1982 à 86, il a été aussi, à son retour de stage « Conseiller du Président chargé de la Sécurité et de Défense « ; à ce titre il avait sous sa juridiction tous les services de répressions dont la fameuse DDS. D’ailleurs un des ténors du système répressif qui se trouvait dans la bouillabaisse de Darfour cherchant à se justifier auprès des autres avait donnés des détails croustillants quant au rôle de Deby pendant les premières arrestations des partisans de H. DJAMOUSS avant que celui-ci organisât sa fuite avec lui.

Créature des régimes FAN/UNIR, acteur et exécuteur du pogrome perpétré dans certaines régions du Tchad, Deby ne pourrait jamais échapper à un procès de HH. En attendant il peut continuer à claironner « quil a été un soldat qui a exécuté des ordres », mais ceux qui disaient exactement la même chose à Nuremberg, ont été pendus.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Watao

    Beremadji à son meilleur jour,
    belle plume et trés bon papier,
    Je vous lis comme un roman.
    Bravo