Les Brèves de N’Djamena : Chevron/Glencor une affaire abracadabrante (suite).

C’est une arnaque sans commune mesure opérée par les vautours, spécialistes des spéculations de ces genres. Un préjudice financier et moral au détriment du Tchad et dont Deby porte la responsabilité personnelle car son Secrétariat général, le ministère du pétrole et la SHT se sont jetés sur l’os à croquer avec le « go ahead » direct de Deby.

Chevron a eu la main heureuse sur cette affaire si l’on se réfère aux données prévisionnelles de prix et production. L’affaire a été montée par le fameux Cabinet camerounais CAC qui travaille en coulisse avec le trader Glencor et qui est en même temps le cabinet conseil de l’Etat tchadien.

Au départ, c’est une affaire purement commerciale et pétrolière entre Chevron et une société française spécialisée dans la reprise des champs pétroliers en fin de production. L’objectif de Perenco est de prendre les 25% de Chevron afin de comprendre bien les risques à courir si elle prend aussi les parts d’ESSO car Perenco est aussi en contact avec Esso dont le désengagement est programmé. Pour les vautours en quête d’opportunité cela constitue est une affaire en or. Ainsi, ils ont alerté le Deby sur l’opportunité d’acheter les parts de Chevron sans engager un sous du trésor. Le ministre du pétrole, le SGA de la présidence et la STH sont embarqués par la CAC avec, bien sûr des promesses de commissions très alléchantes. Cinq mois de huis-clos pour finaliser quelque chose qui va porter un très grand coup aux recettes prévisionnelles du Tchad. Deby constatera dès l’année prochaine, lorsque les 25% de la Production Doba seront transférés à Glencor, qu’il n’y aura ni redevances ni impôts, et que les commissions reçues par lui et ses envoyés ne compenseront jamais le préjudice subit par le Tchad.

Perenco a durement bataillé, a fait intervenir les plus hautes autorités de l’Etat français qui ont fait le déplacement jusqu’à N’Djamena. Mais Deby et ses bouffons ont tenu, tant les commissions sont alléchantes.

Selon les spécialistes d’ici 9 ans la production s’arrêtera net avec un profil de production de 30.000 bbl/j. Car la baisse minimum est de 6000 bbl/an et les prix seront de l’ordre de 73 USD/bbl hors transport. Le petit calcul ci-joint démontre l’arnaque faite à notre de notre pays par des mercenaires déguisés en cadres de l’État.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook