Comment les institutions de Bretton Wood font crouler les pays du Sud sous la dette et les appauvrissent

« La Société financière internationale (SFI/ IFC), filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, a annoncé, le 17 juin, avoir signé un accord de coopération avec le ministère du Plan et de la Coopération internationale visant à poser les bases d’un système de crédit-bail destiné à faciliter l’accès des petites et moyennes entreprises (PME) au financement.  

«Le crédit-bail est un instrument financier particulièrement utile pour les petites et moyennes entreprises au Tchad parce qu’elles manquent souvent d’antécédents en matière de crédit ou de garanties suffisantes leur permettant d’accéder aux formes de financement traditionnelles. Nous exprimons notre reconnaissance à IFC qui nous aide à instaurer le crédit-bail au Tchad. »

C’est l’annonce officielle !

La SFI est très contente de prêter et le Tchad, aux anges de recevoir ! Mais tout cela ressemble à un air de déjà vu et entendu ; car les tchadiens n’ont pas la mémoire courte : il y a déjà eu un prêt similaire qui s’appelait le Projet VITA, géré par qui, comment et quels étaient les résultats, personne ne s’est occupé. D’ailleurs qui se rappelle du Projet VITA si ce n’est la SFI qui continue à se faire rembourser avec des intérêts colossaux. Alors que le crédit alloué actuellement est la photocopie du crédit VITA, la même rédaction et les mêmes cibles.

Il faut d’abord faire le bilan de la gestion et l’impact de VITA sur les cibles pour lesquels le Tchad avait élaboré ce projet avec les prêts de la SFI.

Correspondance particulière (N’Djamena)


Commentaires sur facebook