Tchad: l’armée ne s’est pas imposée à Massaguet face aux rebelles – Afp

Les combats, qui avaient éclaté à nouveau vendredi après-midi entre l’armée et les rebelles à Massaguet, à 50 km de N’Djamena, ont cessé une heure plus tard sans que l’armée réussisse à s’imposer face aux rebelles, a-t-on appris de source militaire.

Les rebelles affirment avoir pris le dessus et avancer de nouveau vers N’Djamena. Mais cette progression n’était pas confirmée de source indépendante.

« La bataille de Massaguet a été très violente. L’armée n’a pas réussi à s’imposer« , a-t-on indiqué de source militaire tchadienne, qui a précisé que des blessés ont été évacués sur N’Djamena.

Le président Idriss Deby était « vraisemblablement sur place au front et aurait regagné la capitale« , selon une source militaire à N’Djamena.

De son côté, l’alliance de la rébellion affirme « avancer sur N’Djamena« , après ces combats.

Timan Erdimi, l’un de ses responsables joint par téléphone satellitaire, a affirmé que « la seconde bataille (après celle de vendredi matin) a commencé à 14H00 (locales, 13H00 GMT). Il y a eu de très violents combats qui se sont terminés une heure plus tard. Nous avons affronté une colonne dirigée par le président Deby ».

« On les a complètement +cramés+, mais Deby a pu s’enfuir. Maintenant nous sommes entre Massaguet et N’Djamena. Nous venons à N’Djamena. Je pense qu’on y sera ce soir (vendredi) ou demain (samedi) matin », a ajouté M. Erdimi.

Le président tchadien a déjà participé à de nombreux combats contre les rebelles notamment en novembre et décembre dans l’est du pays.

Après cinq journées de progression des rebelles à travers le Tchad sans rencontrer de résistance, des combats avaient éclaté vendredi matin sur le principal axe reliant l’est du Tchad à N’Djamena, peu avant la localité de Massaguet.

Les affrontements avaient cessé au bout d’une heure sans que l’on sache à l’avantage de qui.


Commentaires sur facebook