Les Brèves de N’Djamena – Deby est-il vraiment dans son assiette ?

Certains actes et paroles d’IDI nous poussent à penser sérieusement si notre guide-sultan éclairé jouit de toutes ses facultés physiques et mentales et, est-ce qu’il ne nous conduit pas tout bonnement dans un gouffre béant, encouragé par le silence tétanisé des tchadiens ?

L’arrivée des socialistes au pouvoir en France avait réellement déstabilisé IDI, il n’était plus assuré de perdurer au pouvoir et se demandait constamment comment va-t-il finir son mandat et ce, d’autant plus que les premiers comportements et gestes des responsables socialistes avaient largement corroboré ses craintes. Il en a fait cas à sa famille à plusieurs reprises que « l’équipe qui vient d’arriver est une équipe hostile à la limite ennemie et qu’elle pourrait nous faire perdre le pouvoir par des manigances et des manœuvres dilatoires. » Mais les évènements au Mali et les génuflexions de Hollande devant un Deby hilare, ont depuis largement estompé les craintes du sultan, car les malheurs du Mali ont servi d’assurance vie à Deby. Depuis lors on pensait que, Deby s’est calmé et apaisé. Mais que nenni ! Certains faits, gestes et paroles du sultan lors de son séjour dans son bled laissent à penser que la pirogue Tchad tourne autour d’elle-même avec un piroguier sans pagaie !

Les notables convoqués sur place se rappelleront pendant longtemps de leur rencontre avec leur sultan autour des plats de « fotours » du Ramadan. D’aucuns regrettont éternellement d’avoir ingurgité quelques mets qui leur resteront de travers : insultes, injures, vociférations haineuses, tout au long des rencontres. IDI n’a parlé ni du Tchad, ni de la situation socio-économique désastreuse de la région ; uniquement de sa personne, de sa famille autour d’un seul et point unique : pourquoi vous ne m’aimez pas, pourquoi vous n’aimez pas ma famille, pourtant c’est moi qui vous ai fait ce que vous êtes, je suis votre Dieu ! » C’est une litanie sans fin entrecoupée par des sommes de 10 à 15 minutes ! Eh oui selon des témoins oculaires, IDI s’en dort au cours de ses péroraisons ! Le plus étonnant, c’est le silence de l’assistance, du moins de certains membres qui connaissent trop bien IDI et qu’on ne pourrait les soupçonner d’avoir un quelconque complexe vis à vis d’IDI quand celui ci se rabaisse jusqu’à ce niveau ; or ils ont choisi de se terrer dans un mutisme complaisant et complice.

Deby est mythomane professionnel, mais quand il aborde le cas Habré devant ses sujets, ceux ci pensent qu’ils ont devant eux un individu mentalement déséquilibré : « j’ai vaincu Hissene, je l’ai terrassé, boxé, donné coups des pieds, j’ai enfoui son visage dans le sable et il a fui comme un chameau mâle vaincu par un autre mâle ! » Quelle bassesse !

Lancé dans ses affabulations et fantasmes, le sultan aurait abordé et répondu sans qu’on le lui demande, des questions que beaucoup des tchadiens se posaient à voix basse : ses fréquentes absences de la Capitale. A la question, pourquoi IDI est toujours dehors de N’Djamena ? Il aurait répondu que la ville lui est entièrement hostile! Selon IDI, malgré les fanfaronnades des militants du MPS et les résultats des différentes consultations qui font apparaître N’djamena comme le fief de Mps, en réalité la population de cette ville lui est défavorable à 100% ; les féticheurs lui ont dit qu’un jour passé à N’Djamena, c’est un jour de moins dans son fauteuil !

Deby détesterait les conseils des ministres, car au cours de ceux-ci, il a des illusions que « les ministres se transforment en animaux sauvages prêts à le dévorer! » C’est pourquoi selon ces mêmes féticheurs, le monarque devrait au tant que faire se peut éviter ces retrouvailles inutiles.

Un autre point abordé sans qu’on le lui pose, le manque des liquidités au trésor public : sans aucune retenue, IDI aurait crié très fort : « l’argent est dans les poches des miens ! Qui mieux qu’eux peut les conserver et me les rendre en cas de besoin ? S’il n’y a pas des liquidités en circulation, les tchadiens vont en chercher, s’il y en a beaucoup en circulation, ils vont commencer à chercher autre chose! Je vais emprunter, emprunter et encore emprunter des banques, des entreprises, des Etats, pour en donner aux miens ! Personne ne pourra m’en empêcher ! » Naturellement à la sortie de ces fotours personne n’avait voulu trop commenté les gesticulations du sultan, dès lors que tout le monde était convaincu le « type n’est pas normal ».

 Correspondance particulière (Amdjeress)


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Bichara moussa

    S’il  vous plait arrêter de nous prendre pour des cons et nous raconter des balivernes. Dorénavant je préfère aller m’informer sur des sites plus fiables. Mais pour qui vous nous prenez?