« Le démantèlement de JEM (rebellions soudanaise) soudanais est une question de survie, » déclare Mr Deby, selon un rapport confidentiel des services secrets soudanais

Dans un document strictement confidentiel intitulé « rapport sur la rencontre d’Idriss DEBY avec ses hauts conseillers militaires » dont la rédaction a pu se procurer une copie, le Président tchadien étale sa stratégie de démantèlement de JEM soudanais.

Traduction : « En prélude de l’arrivée des délégations soudanaises à N’djaména en ce début de septembre, le Président Idriss Deby a réuni ses plus proches conseillers militaires et politiques pour débattre le défi sécuritaire que représente le JEM pour les deux pays et comment faire face pour circonscrire définitivement la menace conséquente.

Dès le début de son intervention, le Président Deby a rappelé qu’il a été de tout temps contre ce mouvement car il avait senti dès sa création le danger qu’il représente pour le Tchad, et avait consenti en conséquence tous les efforts pour l’endiguer mais malheureusement, il n’a pas été suivi par la troupe qui avait refusé de se battre  contre le JEM. A présent et malgré le temps passé, il s’avère toujours que ce mouvement est un vrai danger pour la sécurité du Tchad, de même il est responsable de tous les problèmes de sécurités et les différentes crises politiques que connait le Soudan, et qui sont le fait de ses exigences éhontées et de son refus obstiné à participer aux initiatives de paix qui étaient tenues successivement à N’djaména, Abuja, Tripoli et dernièrement à Doha. S’adressant aux participants, le Président leur a demandé de réfléchir mûrement cette fois-ci afin de le contrer définitivement  et ceci de concert avec le gouvernement soudanais. A la fin de intervention, quelques participants ont déclaré que le Tchad traîne derrière lui le problème de JEM depuis 2003 avec son lot de pertes des vies humaines et des dépenses publiques inutiles, or ce problème ne concerne pas directement le Tchad, alors pourquoi encore en faire une affaire stricto tchadienne ? En réponse, le Président a demandé aux 4 intervenants de cette position de quitter la salle. Ensuite le Président a déclaré détenir des informations sûres et très dangereuses de la connivence entre le JEM et le mouvement de Timan ERDIMI ; il remettra, selon ses propos, les détails de ces informations au moment opportun aux responsables appelés à accomplir la mission une fois que les préparatifs coordonnés avec les soudanais auront fini.

Pour finir, le Président tchadien a présenté lapidairement à l’assistance un schéma apte à circonscrire rapidement la menace de JEM

  1. Infiltration de nos éléments au sein de leurs unités sur le terrain afin de détruire les armes lourdes à leur possession ; débauchage et menace en direction des cadres pour les contraindre à se joindre au forum de Doha.
  2. Importuner et pourchasser leurs cadres qui refuseraient la paix et leur élimination physique au besoin.
  3. Participation directe aux opérations militaires aux côtés des forces soudanaises si le JEM se retire de Kordofan et se déploie au Darfour à la fin de la saison des pluies.

A la fin de son intervention, le Président tchadien a déclaré que l’éradication de ce mouvement est une question d’existence et de survie pour le régime au Tchad, c’est pourquoi pour cette fois-ci il ne sera plus question des tergiversations  ou d’états d’âmes, a-t-il martelé. En conclusion il a demandé aux participants de prendre le problème avec toute la célérité dont il a besoin et discuter très sérieusement avec la partie soudanaise qui sera dans nos murs très prochainement. »

Comme il était prévu la délégation soudanaise était arrivée le 2 septembre 2014, elle était conduite par Mr le Secrétaire d’Etat à la Présidence chargé du dossier Darfour Mr Amin Hassan Omar accompagné du DG/A des services de sécurité extérieure. La délégation ministérielle a deux dossiers à présenter au Président Deby; d’abord discuter avec des éléments dissidents de MLS (rébellion soudanaise) qui souhaiteraient se joindre au forum de Doha et ensuite faire un briefing au Président sur le déroulement des pourparlers qui se tiennent actuellement à ADDIS-ABABA. Le Ministre soudanais a informé le Président Deby lors de l’audience qu’il lui a accordée de la position du gouvernement soudanais sur l’accord de principe signé entre le Front Révolutionnaire Soudanais et Mr Sadiq Almahdi et les représentants du dialogue nationale sous la supervision de l’ancien Président sud-africain Mr Tabo Mbeki. Selon l’émissaire soudanais, le Soudan est obligé d’accepter cette rencontre qui est en réalité une machination contre le Soudan mais les autorités du Pays feront tout ce qui est en leur pouvoir pour la faire avorter, car le Soudan n’acceptera aucune autre alternative de rencontre ou des pourparlers en dehors du forum de Doha et des assises d’Amdjeress qui renforcent le Document Cadre de Doha. De ce fait, le Chef de mission a demandé au Président tchadien en tant que Président de Conseil de Paix et de Sécurité de l’U.A, mais aussi compte tenu de son aura dans la scène africaine, d’aider le Gouvernement soudanais à faire échouer ce qui se trame à Addis-Ababa. Pour la délégation soudanaise ce nouveau projet des pourparlers à Addis n’est qu’un complot ourdi par le JEM pour contrer les négociations de paix au Darfour. En conséquence pour mettre un terme aux agissements nocifs de ce mouvement, la partie soudanaise a demandé le concours du Président Deby afin de le mettre hors d’état de nuire ; pour ce faire la mission soudanaise a remis une liste des principaux responsables de JEM qui pourraient être arrêtés lors de leur déplacement dans certains pays africains. A la fin de l’audience, le Président Tchadien a réassuré ses visiteurs de sa disponibilité totale pour combattre ce qu’il appelle le virus de deux pays (Tchad et Soudan) en coordination totale avec les forces soudanaises et surtout si le JEM s’hasarderait à se déployer dans le Darfour. La mission  a ensuite exhorté avec insistance le Président Deby à mobiliser ses troupes qui seront soutenues par les forces de Djandjawid contre le JEM avant la fin de la saison des pluies d’autant plus que toute victoire de ce mouvement lors de ses déplacements constitueraient un fiasco total pour les deux gouvernements et compliqueraient davantage les éventuels pourparlers de paix.

تقرير عن لقاءات ادريس دبي مع كبار مستشاريه العسكر

١/ قبل مجيء الوفود السودانية وتحديدا في بداية شهر سبتمبر الجاري اجتمع الرئيس دبي مع كبار مستشاريه السياسيين والعسكريين لمناقشة التحدي الأمني الذي تشكله حركة العدل والمساواة السودانية لكل من السودان وتشاد وكيفية مواجهة هذه

الرحلة والقضاء عليها ، في مستهل حديثه ذكر بانه منذ بداية تكوينها شعر بخطورتها  عمل جاهدا للقضاء عليها لكنكم من رفض قتالها والآن أضحت المهدد الأمني على تشاد و كما ان كل مشاكل السودان وأزماتها بسبب تعنت هذه الحركة ورفضها لكل مبادرات السلام  بتداءا بانجمينا ، أبوجا ، طرابلس و اخيراً الدوحة، طلب من الحضور هذه المرة الجدية والتفكير العميق للقضاء عليها بالتعاون مع الحكومة السودانية عندما حاول البعض رفض الفكرة قام بطرد أربعة منهم من الاجتماع ، و ذكر في اثناء حديثه علاقة حركة العدل و المساواة السودانية مع الحركة التي يقوده السيد تيمان أردي ، وأكد للمجتمعين لديه معلومات خطيرة  سوف يملكه الجهات التي تقوم  بتنفيذ أوامره  بعد التنسيق والترتيب مع الجانب السوداني . وطرح تصوره للقضاء على الحركة  يري ان أنجع الوسائل للقضاء على الحركة تتمثل في الآتي

أ/ اختراق ميداني من اجل شراء القيادات العسكرية لتدمير الأسلحة الثقيلة ، إغراء وترهيب القيادات السياسية للانضمام الى اتفاقية الدوحة

ب/ مضايقة ومطاردة القيادات السياسية الرافضة للسلام بل تصفيتها اذا لزم الامر

ج/ الاشتراك المباشر مع الحكومة السودانية و مقاتلتها اذا ما رجعت من كردفان الى دارفور

في ختام حديثة ذكر ان قتال والقضاء على هذه الحركة امر وجود لهذا طلب من الحضور الاستعداد للتعامل مع هذه المسألة بجدية وحزم وخاصة ان الجانب السوداني على استعداد تام بتقديم المطلوب من جانبه

٢/ بتاريخ ٥/٩/٢٠١٤ وصل وفد سوداني بقيادة أمين حسن عمر مسؤول ملف دارفور و نائب مدير جهاز الامن و المخابرات السوداني لتفاوض مع مجموعات من الحركات للانضمام الى وثيقة الدوحة للسلام . التقى الوفد السوداني مع الرئيس دبي ونقل الوفد موقف الحكومة السودانية من اتفاق المبادئ الذي وقعه الجبهة الثورية مع حزب الأمة و م ممثلي الحوار الوطني بشهادة امبيكي انهم اضطروا لقبوله ولكنهم يعملون على إجهاضه ان الحكومة السودانية لن قبل بغير وثيقة الدوحة للسلام و مشروع ام جرس  تعزيز الوثيقة وطلب الوفد من الرئيس دبي مساعدتهم لإفشال ما يجري في أديس بما لديه من تأثير في الفضاء الأفريقي و ترأسه لمجلس السلم والأمن الأفريقي  لهذه الدورة ، ان المشروع الجديد للتفاوض في أديس  مؤامرة من حركة العدل والمساواة لإجهاض جهوده لإقرار السلام في دارفور ، وطلب الوفد من دبي مساعدة الحكومة للقضاء على الحركة

وقدم الوفد قائمة بأسماء بعض قيادات الحركة للتضييق على تحركاتها في أماكن تواجدها وخاصة في الدول الافريقية . التزم دبي في نهاية اللقاء على التنسيق والتعاون مع الحكومة السودانية للقضاء على الحركة و أكد للوفد بان سوف يقاتل الحركة اذا رجعت الى دارفور و نصح الوفد على الحكومة الاستعجال في التعامل مع الحركة قبل نهاية الخريف والاستعانة بقوات الجنجويد لان اي تحرك للحركة و تسجيل اي انتصار سوف يعقد من امر القضاء على هذه الحركة

(Pour préserver la confidentialité de la source, tous les points distinctifs du doc sont supprimés.)


Commentaires sur facebook