Tchad: pénurie de carburant à Ndjamena – Rfi

Au Tchad, il est difficile de faire le plein à Ndjamena. La capitale connaît depuis vendredi une pénurie de carburant qui a provoqué ce week-end de longues files d’attente devant les stations services. Cette pénurie est liée à l’arrêt de la production dans la raffinerie de Djermaya, à 40 km de Ndjamena. Un arrêt provisoire depuis la semaine dernière pour une révision des installations. Les autorités assurent qu’un stock de sécurité est prévu mais manifestement, cela ne suffit pas.

Dans une station service du sixième arrondissement de Ndjamena, dimanche après-midi, c’est la cohue. Motocyclistes et piétons jouent des coudes pour se faire servir quelques litres de carburants. Blanchard, un motocycliste qui vient de remplir le tiers de son réservoir ne comprend pas. « Il y a du carburant dans les stations mais on refuse de nous servir, dit-il. On ne peut pas travailler avec des réservoirs vides. Cela fait deux jours que je n’ai pas travaillé faute d’essence. Je n’ai aucun intérêt à acheter de l’essence à 1000 francs (CFA) ou 1500 francs le litre. »

Une pénurie « entretenue »

Même attitude chez les chauffeurs, notamment les chauffeurs de taxis. « Il y a de l’essence dans les stations et le prix n’a pas changé. C’est juste le désordre entretenu. Sinon, il n’y a pas vraiment de pénurie », dit l’un d’entre-eux.

En effet, l’arrêt de la production des produits pétroliers annoncé il y a deux semaines par la raffinerie de Djermaya ne devrait, en principe, pas poser de problèmes. Selon les autorités, un stock de sécurité a été constitué à cet effet. Mais cette annonce n’a pas eu d’effet.


Commentaires sur facebook

5 Commentaires

  1. QUI EST LE GOUVERNEMENT MON AMIS C’EST VOUS EST MOI ET C’EST NOUS TOUS ALORS DANS C’EST CAS LA RESPONSABILITÉ LE DÉSORDRE EST PARTAGE.

  2. bernard palou

    a quand l’impunité au tchad Maina Alhadj le faux commandant de la garde presidentielle du tchad revendique toujours l’assasinat du maitre Joseph beidi vice president de la ligue tchadienne de droits de l’homme. D’apres les informations en notre possession Maina Alhadj est bel et bien le meurtrier de Maitre joseph beidi. Alors qu’en realite Maina n’est meme pas un element de la garde presidentielle ni un agent de renseignement comme il le pretendait. On se demande qui lui fournissait les armes et l’uniforme millitaire en sa possession. IL est temps que les membres de la ligue tchadienne de droits de l’homme prennent cette affaire au serieux afin que justice soit rendue a la famille du defunt.

  3. bonjour! je suis au sud du Tchad, Sarh.
    ce le catastrophe ici, il y a trois jours aujourd’hui que tout le monde se plein à cause du carburant. imaginez un peux
    un pays comme le Tchad un litre d’essence à 2500f et pourtant la production des carburants se fait chez nous au Tchad.
    Franchement ce le catastrophe…

  4. Comment voulez-vous qu’il n’y ait pas spéculation autour de cette pénurie artificielle lorsque certains fonctionnaires de l’Etat, payés par l’argent du contribuable tchadien et chargés de faire appliquer les décisions gouvernementtales sont eux mêmes commerçants, et donc bénéficiaires de ce flou savamment orchestré.

  5. Si ailleurs les commerçants spéculent sur les prix de carburant, au Département de la Nya, région productrice de l’or noir au Tchad, il n’y a pas une seule goutte de super à achter même au prix des yeux de la tête. Raisons avancées: aucune station agrée.
    Or « aux circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles »; les autorités locales pourraient saisir la SHT de l’existence d’une station actuelle à Bébédjia sinon la réquisitionner pour le besoin de la cause.