Enfin, Les tchadiens ont osé !

Oui, les tchadiens ont exprimé leur ras-le bol et osé dire à haute voix ce que le régime ne veut surtout pas entendre parler. Deby a deux hantises :

1) qu’on dise qu’il y a une rébellion armée contre le régime quelque part dans le monde,
2) que le climat social est instable, malsain et susceptible de provoquer de grands soubresauts.

Dans les deux cas il se met dans tous ses états de seconde nature ; inversement il souhaite présenter et vendre à l’extérieure une fausse, factice et trompeuse image du Tchad : En d’autres termes un pays stable, démocratique, en croissance continue, havre de paix, dirigé par un homme fort, un guerrier aguerri et incontournable pour les opérations de maintien de l’ordre à la demande. Pour ce faire il ne ménage aucun effort pour maintenir cette image trompeuse et chercher à étouffer par tous les moyens tout ce qui concourt pour la contrarier. Et il a fallu que les tchadiens prononcent le mot fatidique pour que le branle bas se mette en place et la panique gagne les plus hautes sphères et le régime étale sa véritable image et nature : d’un côté on ameute les troupes des griots du pouvoir et les sbires de la sécurité qui se mettent en rangs serrés pour vilipender la société civile, et bâillonner la presse audiovisuelle proche de l’opposition, tout ceci en harmonie avec les organes de presse du pouvoir qui relayent 24h24 leur symphonie ; et enfin de l’autre côté, comble du ridicule, le régime met l’armée en état d’alerte maximum en encerclant la ville par des engins blindés lourds !!

Du jamais vu, comme si le pays est attaqué par des forces étrangères ! Suprême forme d’intimidation ! Oui de l’intimidation, le mot magique est lâché ! En un quart de siècle de gestion calamiteuse du pays, la seule réponse aux revendications légitimes du peuple est l’intimidation. Taper, frapper et assassiner est l’exercice sur lequel il excelle. Quand Le peuple réclame de l’eau potable, de l’électricité, du carburant et du pain, Mr Deby montre ses biceps en étalant son arsenal sur la place publique ; quand le peuple réclame de bonnes conditions de soins et d’éducation, il répond toujours par les mêmes méthodes. Or il est temps que le peuple sache que Mr Deby ne pourrait absolument pas tirer sur une foule désarmée qui manifeste pacifiquement sachant pertinemment que la CPI dont il est d’ailleurs sur la liste, ne le ratera pas. Malgré ses gesticulations et fougues destinées à épouvanter une population déjà traumatisée par tant d’épreuves, le Sultan a autant peur des répercussions d’un dérapage de ses sbires, alors il n’osera nullement utiliser son arsenal contre la population, il ne fait qu’agiter comme un épouvantail pour la terroriser !

En tout cas, à quelque chose, malheur est bon disait le dicton, la réaction disproportionnée du gouvernement par rapport au communiqué de la société civile qui exprimait le ras-le-bol de la population sur la situation sociale du pays en appelant à une ville morte, a mis à nu le vrai visage du régime et a détruit en même temps l’image d’un Etat démocratique qu’il veut se donner et a étalé au grand jour le visage hideux d’une dictature anachronique du 21ème siècle.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook