Les Brèves de N’Djamena – Séjour sans saveur du Sultan à Amdjeress.

Depuis quelques temps, le séjour du sultan dans son fief de « 3 ânes » se passe de plus en plus dans une morosité ambiante ; mais cette fois-ci les évènements qui se sont passés au nord et au nord-est du pays et la déportation de l’ancien sultan de Dar zaghawa à Koro Toro ont complètement embaumé d’une manière exécrable le séjour du Prince de Bilia.

Première constatation, l’arrivée de Mr Deby a été boycottée de bout en bout par ses propres sujets ; en effet aucun Bilia ne s’est déplacé pour l’accueillir ou pour lui souhaiter bonne arrivée une fois au domicile ; au contraire les rares qui y habitaient ont quitté la bourgade en catastrophe la veille avant son arrivée en plaisantant que l’Ebola arrive !

Deuxième couac, le Sultan qui déteste ces genres d’affront l’a fait savoir à la cohorte des généraux qui l’accompagnent. Mais l’un des rares généraux connus pour sa franchise et pour son effrontément envers le dictateur lui a fait savoir très sèchement en disant : « Mr le Président, franchement vous êtes coupé des réalités de votre communauté ; pourquoi les gens viendraient-ils vous accueillir dès lors que vous ne cessez de les traiter comme des ennemis mortels ? Vous les aviez humiliés à Moussoro devant le monde entier en les déculottant comme des petits enfants, puis vous les aviez abandonnés sans réintégration en espérant qu’ils continuent à broyer du noir ; et enfin vous les avez empêchés de se débrouiller par eux-mêmes en les pourchassant partout y compris au Niger pour les dépouiller de leurs biens gagnés à la sueur de leurs front. Après tout ceci vous voulez qu’ils accourent comme des moutons pour vous accueillir?  Mais après tout vous êtes Idriss  «Dibey» (prononcé en Beria) né ici dans ces ouadi, vous n’êtes pas tombé du ciel non ?? » Cette tirade du général effronté n’a pas été du tout du goût du Sultan qui l’a tancé vertement en lui rappelant que ce n’est pas la première fois qu’il lui fasse une réplique devant des étrangers. Et le récalcitrant de  lui répondre : « si vos oreilles ne veulent pas entendre les vérités, ce n’est pas la peine de nous  entrainer comme des bœufs dans vos escapades inutiles ». Sur ce, il prend ses clics et clacs et quitte le cercle pour regagner son village qui est seulement à quelques kilomètres de la bourgade. Pressentant les éventuelles répercussions, si jamais ce militaire quitte définitivement  la bouffonnerie, ses amis l’ont suivi et ont beaucoup insisté pour qu’il reste au moins jusqu’au 25 octobre, date de l’investiture du Sultan de Dar Zaghawa, ensuite chacun prendra ses responsabilités. Fin de de Parti.

Après avoir effectué une tournée dans des coins et recoins de son Bilia natal, le sultan s’est laissé à quelques confidences croustillantes : dans un cercle très restreint, il a laissé éclater son dépit contre ses proches parents qui le détestent fraternellement malgré des efforts colossaux qu’il fait au détriment des autres pour leur bien-être (sic). « Dans ces conditions, Amdjeress ne pourrait plus me contenir dès lors que mes propres frères et cousins ne veulent plus me sentir ici, Je le sens, » dit-il très, courroucé. Comprenez par-là que, malgré les investissements colossaux faits dans une bourgade inhabitée au détriment du développement du reste du pays, elle serait appelée à mourir très prochainement par abandon pure et simple.

Concernant l’investiture du nouveau Sultan de Dar ZAGHAWA, Selon les confidences d’un participant à une réunion tenue autour de Mr Deby, celui-ci était apparu très décontenancé par l’attitude des ressortissants d’Iriba qui n’ont rien compris, selon lui, de la portée de son acte à savoir la destitution de Bokhid. Le maintien de Bokhid, leur a-t-il répété, créerait à la longue un conflit entre les deux principales branches de la communauté béri (Kobe et Bideyatt) or la pérennisation du pouvoir ne pourrait s’effectuer que dans une parfaite concorde entre les deux branches d’autant plus qu’après lui les kobés sont bien situés pour gouverner, compte tenu de leurs moyens financiers et du nombre de leurs cadres diplômés ; or sans un soutien indéfectible des Bideyatt, il serait impossible qu’ils puissent prétendre à ce destin. En tout cas, il les a avertis qu’il libèrera Mr Bokhid Abderrahmane qu’après l’investiture du nouveau sultan.

 

Dernière confidence de Mr Deby, les élections prochaines : En évoquant la perspective des consultations futures, il a émis de sérieux doutes sur ses chances de gagner cette fois-ci sans tricherie or vu l’audace de l’opposition de l’intérieur galvanisée par la mauvaise situation économique du pays, il serait très difficile de s’adonner à ce jeu. Il se reprend rapidement pour dire qu’il a son armée et  que les occidentaux ont besoin de lui grâce à son armée.

Dernier acte du Sultan, boycotté et humilié, il ne peut quitter sa bourgade de cette manière, alors il a demandé à sa compagnie qu’on lui organise une course des chameaux et des chevaux à l’occasion « de la journée du Sultan !! ». Sa cour a eu recours aux services de leurs voisins et cousins du Mourdi pour organiser cette cérémonie, ceux d’Amdjeress ayant boycotté en bloc leur Sultan. Le propriétaires du chameau et du cheval arrivés en tête ont reçu chacun un Toyota dernier avec tous ses papiers administratifs (cout total des deux : 150 millions de CFA) équivalents du salaire mensuel de 3000 moniteurs supérieurs ! Sans compter ce que les 2èmes, 3èmes, etc. ont reçu. A N’Djamena, plus de la moitié des fonctionnaires n’ont pas encore le salaire du mois de septembre, sans parler de la situation dramatique de ceux des provinces. Mais pour le Sultan, un chameau arrivé en tête de la course a plus d’importance que la vie sociale d’un moniteur supérieur.

Mahamat Ahamat
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook

5 Commentaires

  1. Hamdane

    C’est des ingrats ces bideyats!Tout le monde sait qu’il n’y a qu’eux qui vivent et qui respirent ici au Tchad,grace a leur frere president.Et malgres tout,ils ne sont pas rassasies.Ils veulent qu’on quitte ce pays pour qu’ils se sentent heureux!?Deby a tout donne a ces gens.Les autres vivent dans la misere,la famine,la soif,le chomage…Non quand meme.

  2. Patriote

    C’est grace a eux que Deby est au pouvoir. les sacrifices humaines ne pas a la hauteur de ce que Deby leur propose.