Commercialisation de nouveaux puits de pétrole au Tchad – Rfi

Le président Idriss Déby a lancé, lundi 22 décembre, la commercialisation du pétrole brut des puits du Grand Baobab, situés dans le bassin de Bongor dans le sud du pays. L’exploitation est assurée par la société chinoise CNPC, qui devient donc le troisième exportateur de brut tchadien après ExxonMobil et Glencore.

L’ouverture des vannes de Grand Baobab, un champ pétrolier détenu par la CNPC, aurait pu intervenir il y a bien longtemps, n’eut été le conflit qui a opposé pendant plusieurs mois le Tchad à la compagnie chinoise au sujet du paiement d’une amende pour violation des règles environnementales. Après plusieurs mois de bras de fer, le conflit a été réglé lundi sur le site de Grand Baobab.

Le ton était à la célébration de la coopération tchado-chinoise ce fameux lundi, comme le relate l’ambassadeur de Chine au Tchad : « La coopération à capitaux mixtes n’est pas une aide sans contrepartie, mais je vous assure que la politique extérieure de la Chine envers l’Afrique est essentiellement différente par rapport à celle des autres pays. Nous espérons créer une communauté basée sur le bénéfice mutuel et le développement partagé. »

Pour le président tchadien, qui a présidé l’ouverture des vannes, il faut que le Tchad augmente le nombre de ses compétences en exploitation pétrolière. « Que le Tchad ait aussi ses compétences pour lui permettre de tirer le plus grand profit de son pétrole. Nous comptons sur nos amis de la CNPC de former en masse les ingénieurs tchadiens dans tous les systèmes de raffinerie », a déclaré Idriss Déby.

Comme dans les autres régions, le Chari Baguirmi, où se trouvent les puits du Grand Baobab, recevra aussi 5% des revenus du pétrole exporté pour son développement.


Commentaires sur facebook