Les Brèves de N’Djamena – Tchad – Glencor, du rififi ?

Il s’agit des fameuses transactions dont Glencor et CAC se sont mêlés avec le régime prédateur de Deby. Dans le document attaché ci-joint, on notera les lamentations d’un Ministre des Finances impuissant qui cherche à réparer une gestion calamiteuse dont Deby et la clique de Hinda sont les responsables nationaux et Glencor, le corrupteur-pilleur d’un pays pris en otage par une oligarchie délinquante. Cette lettre est doublement édifiante : d’une part elle souligne que la gestion des ressources financières échappe complètement au gouvernement et que c’est l’affaires des différentes mafias qui grouillent autour du couple présidentiel ; d’autre part, la société Glencor dont l’activité principale est l’enlèvement et la commercialisation du brut (trader), s’est converti en producteur pour la première fois de son histoire dans un pays, profitant de l’état prédateur du sommet de l’Etat, et, est devenu le vampire de la république.

Dans cette correspondance, Bedoumra Kordjé évoque les exigences de la Banque Mondiale et du FMI sur l’ajustement des intérêts des prêts et leur délai de payement tout en soulignant aussi que ce prêt a créé un trou de 285.000.000.000 francs au budget de l’Etat. La question que doivent répondre nos gouvernants pilleurs est la destination de ces prêts. Que sont devenues ces ressources qui ont résulté de ces prêts ? Sont-elles stockées à Amdjeress ? Sont-elles destinées à la Françafrique ?  Sont-elles partagées entre les membres de la famille ? Alors, Bedoumra et les bailleurs de fonds doivent avoir honte de réparer ce tort. Remise de dette ou mise sous programme d’assistance du Tchad, la gestion de Deby demeurera calamiteuse, clanique, catastrophique… telle qu’elle a prévalu depuis 24 ans.

Cette affaire que l’on vient de décrire est minime par rapport à la deuxième arnaque qui a permis à Chevron de se débarrasser de ses actions résiduelles dans le permis qu’il exploite à Doba avec Esso. Glencor et la clique de Hinda ont joué le plus grand tour à l’Etat tchadien lorsque le Tchad a acheté les 25% des actions de Chevron sur un permis en phase de finition dans une conjoncture de baisse de prix et de production. La baisse de prix du brut actuel prive le Tchad des recettes provenant des actions cédées par Chevron, car Glencor récupère tout pour compenser la baisse du prix. Ce que le tchadien lambda ignore est que Glencor a réussi à imposer son autorité sur la vie de l’Etat tchadien.

Hassan Sylla a annoncé le message du pilleur Deby après leur sobre conseil de Ministre du 27 Décembre 2014. Les perspectives économiques négatives dont fait preuve notre griot Sylla sont les conséquences directes de la mafia organisée à la tête de l’Etat : Hinda et sa clique brade le pétrole, Salay Deby et son grand frère brade les recettes douanières, Daoussa Idriss Deby brade sa boite des Grands Travaux Présidentiels qui consomme en réalité tout le budget de l’Etat en matière des infrastructures, Hawa Daoussa Deby et son père manipulent la Raffinerie, Mahamat Timan Deby et sa famille commercialisent leur ciment comme un bien en récompense au retrait du sultanat de son père, le TPG beau frère de Deby s’amuse sur les comptes de l’Etat, tandis qu’à la tête du Cabinet civil, du Cabinet militaire, du Protocole de la Présidence, de la garde prétorienne de Deby (DGISSE), trônent les rejetons de Deby, à l’ANS, Hissene Cheno Deby, et puis une multitude des neveux, nièces, sœurs, beaux fils, belles filles, asphyxient l’administration et les régis financières. Alors IDI, avec cette réalité, parle de la bonne gouvernance, des sanctions contre les voleurs et blabla, aux partis politiques et sociétés civiles de « œuvrer pour la paix » et « conserver les acquis ». De l’humour noir, n’est ce pas ? De quels acquis Sylla et son maitre nous parlent. S’agit-il des acquis de la famille Deby ou Hinda? Où est la paix dans un pays où seuls les parents du Président et sa femme qui ont droit au bien-être social ? Les parents de Hinda et de Deby polluent l’atmosphère dans tous les Ministères. Ils sont partout et toujours trainant derrière eux des démarcheurs avec qui ils cherchent à exploiter des opportunités de mafia. Les projets sont bradés pourvu qu’ils leurs rapportent quelques liasses de dollars qui leur permettront de bonnes soirées de quelques semaines à Paris, New York… La chose publique est devenue un jouet pour les bambins de Deby. Malheureusement les Ministres de Deby sont tenus au respect par ces petits Deby.

Correspondance particulière (N’Djamena)

 

La lettre du ministere des Finance et du Budget a la société GLENCORE


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Mhatar

    Merci de dire la vérité avec du respect pour nous tchadiens.. ont est certes humiliés écrasés  mâchés et recrachés comme la plus crasseuse des glaires, ont mérite un minimum de respect  de vous. soit disant opposant