Tchad/RCA: nouvelles recommandations de Ban pour une force ONU-UE – Afp

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a transmis au Conseil de sécurité des recommandations pour le déploiement d’une force conjointe de l’ONU et de l’Union européenne (UE) dans l’est du Tchad et le nord-est de la République centrafricaine (RCA).

Dans un rapport publié jeudi, M. Ban présente « le concept révisé » d’une présence internationale « multidisciplinaire » dans cette région, pour protéger les centaines de milliers de civils touchés par le conflit dans la province soudanaise voisine du Darfour.

Les 27 de l’UE avaient donné fin juillet leur feu vert aux préparatifs d’envoi, à la demande de l’ONU, d’une force militaire européenne dans l’est du Tchad et le nord-est de la RCA.

Cette intervention européenne doit venir en appui temporaire à une mission de police de l’ONU dans ces régions.

L’objectif est d’agir à tous les niveaux – humanitaire, politique et militaire – afin d’aider les populations de ces régions limitrophes du Darfour et déstabilisées par le conflit meurtrier qui y sévit. Au Tchad seul, cela concerne, selon l’ONU, 236.000 réfugiés du Darfour et 173.000 déplacés tchadiens.

L’opération devra être fondée sur une résolution du Conseil de sécurité.

Dans un premier plan, soumis en février, M. Ban avait prévu une opération de l’ONU seule, comprenant une importante composante militaire, qui avait été refusée par le président tchadien Idriss Déby.

L’idée d’une mission de police de l’ONU appuyée militairement par l’UE, proposée par la suite, n’a été acceptée que récemment et sous conditions par N’Djamena et Khartoum, d’abord réticents.

Dans son rapport, M. Ban ne précise pas combien d’hommes comptera la force de l’UE. Selon l’ambassadeur de France à l’ONU, Jean-Maurice Ripert, cette force devrait compter entre 2.500 et 3.000 hommes. « La planification n’est pas finie » mais la France fournira « probablement environ la moitié de la force« , a-t-il dit à la presse.

« Il ne s’agira pas d’assurer la protection de la frontière« , a affirmé M. Ripert, selon lequel la force aura pour mandat « la sécurisation des camps, de la zone dans laquelle il y a des personnes déplacées, pour favoriser à terme le retour des personnes et des familles déplacées. »

« C’est fondamental, la situation humanitaire dans l’est du Tchad est devenue pire que dans beaucoup d’endroits au Darfour« , a-t-il affirmé.


Commentaires sur facebook