Un ressortissant de la Communauté Tama crève l’abcès : « Qui en veut à Mahamat Nour Abdelkerim, ex Ministre de la Défense de Deby? »

Un ressortissant de la Communauté Tama crève l’abcès : « Qui en veut à Mahamat Nour Abdelkerim, ex Ministre de la Défense de Deby? »

Un site de l’opposition  a signalé très récemment la présence surprise et inattendue à Ndjamena de Mr Abderrahmane Khalifa Abdelkerim, demi grand frère de l’ancien Ministre. On savait que les relations entre les deux frères n’ont jamais été cordiales moins encore confiantes. L’aîné qui est chef de canton en titre et qui avait exercé de petites fonctions administratives, n’a jamais accepté d’être supplanté par son petit frère, c’est pourquoi tout en faisant semblant de le soutenir  il lui a toujours mis les bâtons dans les roues.

Des actions concomitantes à l’arrivée de Mr Khalifa ont été observées dans la région de Guéréda.  Selon les informations en provenance du village, tout est mis pour  désorganiser  le tissu social de la communauté Tama ; 9 principaux chefs de canton de la région  dont le patriarche de la région et peut être le plus vieux chef canton du Tchad (depuis 1947) ABBO MANSOUR, ont été renvoyés sans aucune forme de procès ; de même  le chef de canton Abbo Haroun qui était en titre depuis 1961. Ils ont été remplacés par leurs bouviers ou par des personnes n’ayant aucun ayant droit au titre  de la chefferie traditionnelle du pays. Quant au  sultan de Dar Tama, qui est le petit frère de Général Mahamat Garfa, est aussi  soupçonné d’être un partisan de l’ancien Ministre et se trouve  sur des braises. Selon les rumeurs des milieux concernés, le grand frère du Sultan est aussi dans l’œil du cyclone ; ceci explique cela. De même  des anciens officiers de FUCD ont été mis en retraite d’office. Inversement à ces mesures coercitives, il a été fait appel à des jeunes de la région, 16 au total, censés être des opposants à l’ancien Ministre et pour la plupart  des semi-analphabètes, comme veut la tradition debyenne, pour les nommer dans les différents postes de l’administration territoriale.

Pourquoi cette hargne subite contre une région connue pour sa frilosité mais qui connaît un calme relatif depuis le ralliement de Mr Mahamat Nour  Abdelkerim en 2007 ? Pour La communauté Tama, les raisons se trouvent dans le deuxième ralliement en décembre 2014 de Mahamat Nour, et sa rencontre avec Deby. Ce dernier  qui connaissait Mr Mahamat Nour depuis son plus jeune âge et qui a été même son « petit » comme on le dit, a été surpris de la métamorphose  de l’individu  en janvier 2007, malgré tous les clichés qu’on lui attribue ; après l’avoir hissé à un poste aussi prestigieux que celui  du Ministre de la Défense et l’encenser de tous les ingrédients matériels et protocolaires, comme il fallait s’y attendre, il l’avait donc expressément poussé à la faute ; la suite on la connaissait. Depuis, l’ancien ministre s’est réfugié aux pays de golfe  où il semblait ne plus s’occuper de la politique, ce qui satisfaisait d’ailleurs tout le monde. Or contre toute attente, il rentre au pays sans aucune formalité d’usage  en février 2014 et se réconcilie avec son ancien chef. Pensant avoir pris de la hauteur, Mr  Mahamat Nour commet deux erreurs  pendant son séjour à Ndjamena et une faute un peu plus tard: 1) pendant  l’audience  que lui accorde Deby, il informe  ce dernier qu’il ne va pas intégrer le MPS  mais un autre parti auquel il mettra tous ses moyens pour commencer une carrière politique dans la démocratie ; 2) sa réconciliation avec son oncle et ancien tuteur, le général Mht GARFA ; 3) enfin sa rencontre médiatisée à volonté avec le chef de l’opposition politique de passage à Paris.  C’est un affront sans pareil. Alors le Sultan de Bilia concocte ses stratagèmes machiavéliques pour empêcher tout retour  de son ancien « petit ».  Pour ce faire Mr DEBY désigne le gouverneur de Wadi Fira et le D.G de GNNT pour s’occuper de ce dossier. Ceux-ci  recrutent à leur tour deux hommes de paille de l’ethnie for (soudanais) naturalisés tama  dont le nommé SOULEYMAN HAMAT est le principal artisan des manigances stériles de la politique locale  et de coups bas depuis le temps « COPOFAN »  jusqu’à nos jours ; il est omnipotent et omniprésent dans l’espace géographique de Dar Tama où il accompagne les sbires du régime dans leurs méfaits contre la population. Le second s’appelle Haroun  Zarouk  ou Haroun Ismat, en fait il a changé de nom. Il est le B2 de la région. Ainsi ces deux énergumènes qui n’ont pas de racine profonde dans le tissu social de la région font de l’amalgame tel qu’on n’arrive pas à bien comprendre et discerner ce que veulent les uns et les autres. Tantôt il est question de combattre toute la descendance du sultanat et tantôt les partisans supposés de l’ancien Ministre. Ils distillent des informations préfabriquées en disant que «  Mr Mht Nour ne rentrera jamais au bercail, au contraire, aidé par son oncle le GL Garfa , il est en train de s’adonner à son sport favori : une nouvelle rébellion .»  De sorte qu’aujourd’hui on remarque une situation de peur et de suspicion s’installer dans tous les foyers  du Département, prélude à une inévitable fronde. Ce climat malsain crée de toute pièce pousse la population à se poser des questions. Pourquoi on cherche à empêcher le retour de l’enfant prodigue au Pays ? Dans ce mélimélo quel rôle qu’on voudrait faire jouer à Khalifa arrivé à la rescousse des apatrides qui ont indûment les rênes du pouvoir dans la région ?  Apparemment le retour de Mr Mht Nour Abdelkerim ne plaît pas à tout le monde.

– D’abord, à commencer par les ressortissants de l’Ennedi (goranes et bideyats) qui ont purement et simplement « colonisé» la région depuis bientôt 3 générations ; leurs comportements n’ont rien d’égal à ceux des anciens colons de 19è siècle ; et ce, avec la bienveillance pour ne pas dire avec l’appui de différentes administrations civiles et militaires qui étaient issues de ces communautés. D’ailleurs ce sont ces pratiques de terre-brûlée adoptées par les éleveurs nouvellement arrivés qui ont poussé à l’époque le Colonel Mht Garfa à la révolte, pour rétablir la dignité de l’homme tama. Après le ralliement de Mr Garfa, le jeune Mht Nour prend les rênes de la révolte non pas pour une cause nationale mais contre la présence gorano-bideyat dans sa région. Pour ce faire Mr Mahamat Nour qui était devenu l’ennemi  numéro 1 des éleveurs descendus de l’Ennedi, avait développé une philosophie identitaire, tribaliste et clanique à outrance. Il a pu rallier à sa cause beaucoup des laisser- pour -compte du Centre. Soutenu matériellement et politiquement par les soudanais, Mr Mahamat Nour disait à haute voix qu’il est en rébellion  pour protéger ses parents contre les prédateurs gorano-bideyat et surtout  leurs apprendre à se défendre par les moyens modernes. Justement ceux des militaires qui avaient contré l’avancée  des combattants de FUCD en Avril 2007 à Ndjamena ne le démentiront pas. Ainsi donc pour les ressortissants du BET et leurs mentors à Ndjamena, ils craignent fortement que le retour de l’ancien Ministre ravive les plaies non cicatrisées laissées par les évènement  de la dernière décennie.

– Ensuite comme on le savait, Mr Deby  refuse ostensiblement  l’émergence et l’éclosion des partis politiques au nord et moins encore dans l’Ouaddaï géographique et BET. Ceux qui  ont osé en savent quelque chose. C’est pour quoi à l’heure actuelle tout parti politique, quelles que soient  sa couleur et sa forme, pourrait sans problème battre le MPS qui est un parti factice porté  à bout de bras grâce aux finances et aux structures administratives de l’Etat. Ainsi malgré sa personnalité contestée, l’ancien Ministre connu pour ses largesses  conserve encore du crédit auprès de ses anciens partisans, surtout dans sa région où il est perçu comme le héros, le seul qui a tenu tête aux zaghawa. Dans ces conditions il serait suicidaire pour le MPS de permettre le retour  de Mr Mht Nour qui va certainement  charrier   une bonne partie non seulement ses parents mais une bonne partie du centre.

– Et enfin la famille du sultan déchu, certes  elle espère rentrer d’une manière ou autre dans ces droits, et elle ne verrait pas d’un mauvais œil les déconvenues du nouveau sultan avec le pourvoir ; toutefois l’arrivée éventuelle de Mr Mht Nour risque de compliquer davantage la distribution des cartes au sein du sultanat, surtout si le revenant se réconcilie avec son oncle Garfa, l’ennemi mortel de l’autre branche du sultanat.
Selon son entourage, l’ancien Ministre n’a nullement l’intention d’essayer d’autres aventures, le contexte sous régional ne s’y apprête pas; par contre il est décidé de rentrer au pays  pour se jeter dans l’arène politique en prenant aux mots son ancien mentor mais à ses risques et périls. Si tel serait le cas, il faudrait s’attendre à une redistribution très sérieuse des cartes politiques dans la région.

Adam Hamat

 

 


Commentaires sur facebook