La France dément toute participation aux combats au Tchad – Afp

Les autorités françaises ont démenti vendredi toute intervention militaire de la France contre les rebelles tchadiens lors de leur attaque contre le gouvernement du président Idriss Deby, évoquée par des informations de presse.

« Aucun soldat français ni aucune force spéciale n’ont été engagés« , dans les combats entre l’armée gouvernementale et la rébellion au Tchad, a assuré vendredi matin à l’AFP le ministère de la Défense.

La secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme Rama Yade a également démenti toute intervention de l’armée française. Sur la foi d' »informations livrées par des militaires et des diplomates français« , le quotidien La Croix affirme, dans son édition de vendredi, que « des troupes spéciales françaises ont pris part aux affrontements de la semaine dernière« , et que « des officiers français ont notamment coordonné l’attaque menée le 1er février par l’armée tchadienne contre la colonne rebelle à Massaguet (50 km au nord-est de N’Djamena) ».

Cette attaque avait échoué à stopper l’avancée des forces rebelles sur la capitale tchadienne et le chef d’état-major des forces gouvernementales tchadiennes avait été tué lors des combats.

Le quotidien assure également que « dès le lendemain, des éléments du Commandement des opérations spéciales (Cos) français se sont impliqués dans les combats de N’Djamena avec une stratégie qui se révélera payante : épuiser les rebelles bientôt à cours de munitions« .

Après avoir semblé en position de renverser le président tchadien Idriss Deby samedi et dimanche, les forces rebelles ont dû se retirer de N’Djamena après d’intenses combats. « Contrairement à cet article, aucun soldat français ni aucune force spéciale n’ont été engagés en appui ou en opposition de qui que ce soit« , a affirmé le général Christian Baptiste, porte-parole adjoint du ministère de la Défense.

« Les soldats français ont en revanche mené des opérations de protection et d’extraction de ressortissants français et de la communauté internationale, et ont facilité le départ par avion militaire pour ceux qui le souhaitaient« , a précisé le général Baptiste.

L’état-major des armées avait indiqué pendant l’attaque de la rébellion sur N’Djamena que des militaires français avaient ouvert le feu pour riposter à des tirs les visant, intentionnellement ou non, et avaient repoussé une attaque sur l’aéroport, installation vitale pour les opérations d’évacuation, mais sans participer aux combats.

Interrogée sur RTL, Mme Yade a également formellement démenti les affirmations de La Croix: « Si vous voulez me faire dire que les soldats français sont intervenus pour chasser les rebelles hors de N’Djamena, je vous réponds que non« .

« Le seul accord qui nous lie au Tchad est un accord de coopération technique, qui permet par exemple une intervention sanitaire, d’apporter des secours, et c’est ce que nous faisons pour l’évacuation des Français par exemple« , a souligné la secrétaire d’Etat. « Nous apportons une aide logistique. A aucun moment nous ne procédons à l’application d’un accord de défense qui n’existe pas« , a-t-elle ajouté.


Commentaires sur facebook