Sortie malencontreuse de Céline Narmadji de l’Association « Trop c’est Trop ».

Dans sa première déclaration en tant que porte-parole de l’Association « trop c’est trop », Mme Céline a fait une sortie très maladroite, inopportune et surtout indigne d’un porte-parole de plusieurs associations qui luttent contre la gabegie et le népotisme du système. A cet âge (50 ans), on est sensé d’être capable de discernement et au fait des événements saillants du moment. Par ces temps de lutte des tchadiens de tous bords pour un changement au Tchad, il n’est pas utile de faire siens des ragots qui n’ont aucun fondement et ainsi, étaler publiquement son ignorance en la matière : un handicapé ne peut pas être gardien moins encore des chameaux. Les rares gardiens des chameaux qui sont au nord sont pour la plupart originaires des régions du centre et eux mêmes des chameliers. C’est à la suite d’un accord dument signé entre la famille du future berger et le demandeur et en présence du représentant communautaire du premier que le berger est mis à la disposition du demandeur. Il en est de même pour les enfants employés comme bouviers au centre et au sud du pays.

Il n’y a pas d’esclavage camouflé au Tchad, il n’y a pas des enfants des régions méridionales, vendus ou enlevés et vivant comme esclaves au nord. S’il y a des esclaves au Tchad, se sont des combattants des différentes rebellions (depuis le Frolinat jusqu’ à l’UFR) et que les différents régimes les ont déportés à l’extrême nord du pays sous couverts des affectations régulières mais qui y demeurent définitivement sous de fallacieuses raisons et qui y vivent finalement comme des esclaves ; s’il y a des esclaves, ce sont ces militaires tchadiens que le régime vend au premier venu avec départ sans retour

Pour un homme (ou une femme) politique, les paroles se paient très chères ; elle aurait dû faire accompagner cette déclaration par un seul et un seul cas où un parent ou une famille du sud s’était plaint de la disparition de son enfant dans des circonstances non élucidées.

Aujourd’hui, le Tchad est accessible dans toutes ses contrées les plus reculées et rien ne peut se cacher à la vue des uns et des autres. La porte parole de « trop c’est trop » aurait bien fait de se faire accompagner par des journalistes, des Adh pour sillonner le pays et découvrir la réalité de la vie des différentes communautés, au lieu de vivre des préjugés, des aprioris et des ragots que le commun de tchadien pense révolu. Certes il y a des milieux qui voudraient bien entendre cette musique et en faire un fonds de commerce bien rentable ; il ne faudrait pas se laisser emporter par des tendances stéréotypées qui relèvent d’une autre époque. A moins que Mme Narmadji ne soit issue de cette diaspora imbue d’une littérature savamment véhiculée à dessin depuis longtemps.

Certes Mme Céline Narmadji est une brave combattante pour des nobles causes mais cette fois ci elle se trombe de combat et frappe à côté en laissant parler son cœur et non sa tête ; c’est bien dommage !

Wardougou Billiami, berger.


Commentaires sur facebook

6 Commentaires

  1. Djiddo

    céline est bien connu pour tenir des discours régionaliste et religionaliste depuis toujours. Elle a quitté l’école en 4e,dpnc ce n’est pas étonnant qu’on remarque très vite ses limites. Céline terrorise ses voisins d’ardepdjoumal surtout ceux qui sont musulmans ou originaire du Nord et du centre. Il est vraiment dommage que la coalition trop c’est trop l’accepte comme porte parole. Une femme irrespectueuse, arrogante et qui n’a aucun respect pour son mari.

    • Abdou Razack

      Monsieur, comme il est de coutume chez vous lorsqu’on aborde ces situations combien lamentable, vous vous emportés. Sachez une chose, vous connaissez très bien ce qui se passe dans vos hameaux. L’esclavage, pourquoi voulez-vous le nier. Il en existe bel et bien. Ayez chers compatriotes l’esprit de discernement. Pourquoi vous renfermez-vous? Dés qu’il y a un débat, rapidement on le ramener à ces problèmes Nord-Sud; Chrétiens-musulmans au lieu de se poser des questions qu’est ce qui se passe? Enlevons le débat et regardons plus loin que nos nez mon cher Djiddo.

  2. NOUBATESSEM JONATHAN

    Bonjour mon frère, j’ai lu votre réaction mais je crois que vous manquez simplement d’information. Sinon la radio FM liberté cite souvent ces cas avec témoignage des victimes évadées à l’appui. J’ai la souvenance d’un cas où le parquet de Mongo a même intervenu donc c’est officiel. Parfois c’est même des chauffeurs nordistes qui aident ces enfants sudistes à rentrer. Ce sont des faits réels. Je suis d’accord avec toi qu’il faut combattre toutes les formes d’esclavage

  3. masra oved

    bsr a tous,si les gens ont autres idees derrieres la tete,seule Dieu le sait.Mais consernant cette affaire d’enfants enleve tranforme en bouvier personne ne peu nier,juska meme mon petit frere,jai fouiller lest du pays du sud est o nord pour le trouve a Tine chad.alr a bahai il ya 4 enfants kon a exfiltre 2 et les 2 sont reste opres des amis juska maintna a bahai.dc dites vous navoir pa fait mai ne niez pa car cest une insulte si vous continuez a nier

  4. Je m’excuse car je n’ai pas lu le discours de Mme Céline Narmadji. Mais à lire les écris de M. Wardougou Billiami, berger, je tiens ici à vous confirmer que les enfants et les jeunes quittent les villages de chez moi pour le nord du pays. Tout ce qu’on a entendu c’est qu’ils vont garder les chameaux. Et personne ne peut me dire le contraire ici puisque j’ai un cousin qui a fait le voyage. C’est des mois plupart qu’on a su qu’il est bouvier quelque part au Tchad. Mon père en a renvoyé une bonne partie au village à leur arrivée à Sarh et il est vivant, il peut toujours en témoigner. Des enfants et des jeunes qui devraient être en classe. Arrêter de nous dire ici qu’il n’y a pas d’enfants dernière les chameaux plutôt qu’à l’école. 

  5. Pour un Tchad émergeant,il n’y a pas de sujet tabou,ces cas existent.