Les geignements de Deby

A la veille des élections Idris Deby Itno a habitué les tchadiens par des formules chocs : «le kermès du désordre est terminé» ou bien «je déclare la guerre aux voleurs», patati, patata.

Sa toute dernière trouvaille est celle-là : «Je suis vraiment seul, personne ne m’aide et personne ne veut m’aider, personne ne m’écoute, personne n’exécute mes instructions. A côté de moi, autour de moi tout le monde vole, je ne peux confier à personne de l’argent pour exécuter un service public, l’argent sera volatilisé dans les poches. Toutes mes initiatives sont contrecarrées, détournées ou sabotées. J’ai investi 70% des revenus pétroliers dans les projets relatifs aux infrastructures et je constate dans mes déplacements que tous les projets sont arrêtés, et on me dit sans honte, faute de financement ! Mais où va le Tchad ? Je ne suis entouré que des vautours, des voleurs, des charlatans, on m’empêche de rencontrer les gens de la base, les populations des provinces, il y a toujours une troupe des maniganciers qui se met entre moi et la population, je suis obligé de me cacher pour me rendre à l’intérieur du pays ; par exemple lors de mon dernier déplacement à Koumra, j’ai informé le gouverneur 1h avant mon arrivée. Je suis vraiment seul et je ne suis pas aidé. »

Mais avant de continuer, on est tenté de rafraichir la mémoire sclérosée de notre Generalissimus, Sultan autoproclamé et Président illégitime parce que mal élu. Quelques faits saillants : qui était le Com Chef sous Habré qui a organisé un braquage des commerçants en les dépouillant de leur biens ? Quel est le Chef d’Etat tchadien qui a conçu, planifié et mis en œuvre la fabrication de la fausse monnaie d’un pays du moyen orient ? Quel est le Chef d’Etat tchadien qui a organisé le trafic de drogue à travers le Sahara et le Sahel ?  Quel est le Chef d’Etat africain qui a livré, à Charles TAYLOR, des armes et munitions contre des diamants ? Quel est le Chef d’Etat tchadien qui a privatisé les grosses régies financières de l’Etat à son profit personnel : douane, les cartes d’identité nationale et les passeports, etc…?  Quel est le Président tchadien qui s’est marié à 32 millions de dollars à une étrangère, déjà divorcée officiellement? On peut remplir des pages entières des crimes et délits commis par Idris Deby Itno.

Le pouvoir pour Idris Deby Itno a été, reste et demeurera une opportunité pour voler et piller les ressources de l’Etat et tuer et liquider tous ceux qui oseraient dénoncer ou s’opposer à ses basses besognes. ?

On est également tenté de demander à Idris Deby Itno : qui nomme ces voleurs, ces détourneurs, ces jaloux saboteurs aux yeux de crocodiles, ces maniganciers, ces vautours, ces charlatans qui l’entourent ou gravitent en orbite autour de lui ? Puisqu’ils sont identifiés (comme c’est lui qui les avait nommés) qu’attend-t-il pour les démettre de leur fonctions, les arrêter et les traduire en justice ? Mr Deby ne le fait pas, parce que tous ces malfrats et délinquants sont ses complices ! Ils ont souvent exécuté ses instructions et partagé avec lui les butins volés aux tchadiens !

Avant la prise du pouvoir en 1990, le Tchad était un Etat, il y avait une administration (centrale, régionale et militaire). Dès sa prise de pouvoir, il avait minutieusement détricoté tout ce qui a été bâti pendant plus de trente années avant lui : Mr Deby a ramené l’Etat au niveau de sa personne et de ses hobbies : un Harem dirigé par un sultan autoproclamé. Tous les attributs d’Etat se sont effrités : la médiocrité a gagné de l’échelon, l’excellence a chuté dans les bas-fonds. Les titres, les fonctions, les grades et enfin les diplômes (katkat saaguit) sont tous banalisés voire sclérosés ! Le berger a remplacé le saint-cyrien, le propriétaire de l’épicerie d’à coté a remplacé l’administrateur formé dans les meilleurs centres universitaires, le saisonnier cotonnier soudanais a remplacé le policier formé. Conséquence néfaste, le trafiquant recherché par le FBI a remplacé le diplomate chevronné, le cadre formé est sous le Nimier, l’arriviste-analphabète occupe majestueusement son fauteuil. De même le membre de la famille a remplacé le fonctionnaire et le bien de l’Etat est devenu le bien de la famille.

De tout ce constat on remarque que notre pays qui est entré dans les concerts des Etats pétroliers et qui devrait amorcer un décollage fulgurant est redescendu au rang d’un pays voyou où tous les trafics illicites sont devenus licites parce que ceux qui s’en donnent sont hissés aux plus hauts de l’Etat. Bref, c’est l’état actuel dans lequel se trouve le Tchad de Mr Deby d’aujourd’hui. Et la conclusion est évidente :

On peut affirmer sans risque de se tromper que Idris Deby Itno est incompétent pour gérer un Etat.

Qu’il parte, qu’il dégage ou que les tchadiens le fassent partir.

Mahamat Ahmat
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook

5 Commentaires

  1. Abou Harba

    Merci pour cette remarquable contribution. Le grand Molière n’aurait pas pu inventer de personnage plus grotesque que cet homme en effet… Malheureusement, Déby s’est trompé de théâtre : au lieu d’aller s’enroler dans quelque troupe théâtrale de province pour y exercer ses talents de bouffon, il décida, pour le plus grand malheur du peuple tchadien, de pauser en acteur de tragédie – et s’offrit le Tchad comme podium. Depuis 25 ans, il y donne libre cours à sa mégalomanie hors-normes, à sa haine du genre humain, à sa soif inextinguible de sang, à la satisfaction de ses appétits les plus vicieux. Avec l’aide de ceux – la Francafrique en tête – qui ont toujours fait leurs choux gras de l’immoralité criminelle des « chefs » africains depuis les premiers contacts intercontinentaux, Déby a survécu à toutes les tentatives pour le déboulonner. Ne nous faisons aucune illusion : il n’y a que LE PEUPLE TCHADIEN qui, DEBOUT COMME UN SEUL HOMME ET UNE SEULE FEMME, pourra faire partir Déby et sa cour de sangsues aux yeux plus gros que le ventre qui syphonnent les deniers publics en toute impunité. Il y aura des morts, bien entendu. Mais, pour la première fois dans l’histoire du Tchad, ces morts compteront enfin pour quelque chose : UN CHANGEMENT VERITABLE, opéré dans l’intérêt de TOUS LES TCHADIENS et non plus seulement au profit d’une infime minorité entourée de quelques « mietteurs » qui ont accepté de vendre leur âme au diable pour avoir droit à un petit rayon de soleil ! Pensez aux millions de Tchadiens MORTS POUR RIEN depuis le déclenchement des événements de MANGALME – depuis 1965 ! Ils sont tous encore en train d’attendre que leur sacrifice soit enfin validé par l’avènement d’une société juste et équitable qui place le Tchadien au centre de l’oeuvre de développement et qui rétablisse, justement, le code des valeurs que les aventuriers de tous bords ont perverti et subverti dans ce pays : la primauté de l’autorité de l »Etat, garant de toutes les vertus publiques; la primauté, aussi et surtout, de l’intérêt général sur l’intérêt particulier (clanique, corporatiste ou individuel); la probité du serviteur de l’Etat et son sens de l’exemplarité, en public comme en privé; le respect sans faille de la chose publique (« Chokol hana haakuuma » devant signifier, non plus « La chose à personne », mais bien « La chose de chacun »); la récompense de l’effort comme moyen de reconnaissance du travail bien fait ET de lutte contre la médiocrité (il faudrait ici parler plutot de NULLITE !); la réhabilitation du mérite personnel et de la compétence. Le bannissement de l’impunité par une application systématique de la Loi, sans distinction. La lutte contre la corruption, non pas à la faveur d’un discours de circonstance mais comme un plan d’action politique cohérent inscrit dans la durée… Utopie ? Non pas. Cela est plus facile à réaliser qu’il n’y parait. UNE CONDITION SINE QUA NONE cependant : LA VOLONTE ET L’EXEMPLE DEVRONT VENIR DU PLUS HAUT SOMMET DE L’ETAT, OU BIEN RIEN NE SE FERA ! Le jour où le sommet donnera l’exemple, les Tchadiens seront ébahis de se découvrir des sentiments patriotiques qu’ils croyaient détruits à jamais. Alors commencera une ère véritablement nouvelle… Inutile de dire que rien de ce qui précède ne sera possible tant que Déby et le système qu’il personnifie tiendront les rennes du pouvoir. Déby NE FAIT PARTIE D’AUCUN PLAN DE REDRESSEMENT DE CE PAYS. Il appartient à un passé avec lequel les Tchadiens doivent se hâter de rompre. Nous avons perdu assez de temps. Sacrifié assez de générations à l’autel de la mégalomanie. Il est temps de se tourner – ou plutot de MARCHER – vers l’avenir.

  2. Hamdal

    Felicitations a Mht Aht pour son remarquable écrit et a Abouharba (tbigué ) sa hargne et sa lecture si pointue.

  3. La democratie est à l’origine de tous ces désordres,si non comment osez vous dire de n’inporte quoi sur un Président nationaliste comme IDI.Il est seul et si chacun de nous ( tchadiens ) faisait les memes éfforts que lui, le Tchad sera la vitrine de l’afrique.Comment oubliez vous si vite qu’au temps de HH personne n’a le courage de dire ce qu’il pense.En ce temps ou êtes-vous?Comme disait BECHR BEN YAMED, trop de liberer traduit aux desordres et ces desordres nous conduit à la dictature.Limitez vos écrits.Mer6

    • Abou Harba

      La démocratie est également la raison pour laquelle un citoyen peut écrire en toute impunité des inepties telles que les vôtres. Mais vous êtes peut-être un de ces « mietteurs » du régime ? Sinon, il faudrait bien vous considérer comme une victime des méfaits de l’ignorance – donc (o ironie !) victime du régime que vous défendez, lequel n’a rien fait pour réhabiliter le système éducatif tchadien et a plutot préféré sacrifier l’Education nationale.