Peur ou indifférence ??

Boko Haram a frappé en endeuillant encore des familles innocentes. Des familles qui étaient déjà torturées par une canicule de la saison sans précédent et le non-paiement des salaires pour les fonctionnaires depuis deux mois. La rédaction présente ses douloureuses condoléances à toutes ces victimes innocentes.

Ceci dit, il faudrait rappeler la responsabilité directe de Mr Deby de cette situation inouïe pour les communs des tchadiens. Pour redorer ses errements et son blason diplomatique ternis, Deby avait fait entrer Boko Haram dans la maison, en oubliant que personne ne peut manipuler le diable, c’est ce dernier qui par essence arrive toujours à manipuler l’individu. Une fois dans la maison, le diable est libre et personne ne pourrait maitriser sa gestion.

A force de mentir, Deby oublie ou banalise ses propres mensonges, mais les tchadiens ne les oublient pas ; où sont par exemple : « nous connaissons où se trouve le chef de Boko Haram, il doit se rendre immédiatement sinon nous allons le tuer ; » du bluff ? Des fanfaronnades ? Toujours est-il qu’aujourd’hui ce sont des tchadiens innocents, des femmes et des enfants qui se font exploser gratuitement à cause des initiatives et des attitudes abjectes et irréfléchies d’un dictateur en mal de notoriété. Le plus comble c’est son absence et son mutisme au moment où le peuple a besoin de la présence de son Chef, au moment où le peuple voudrait être protégé et rassuré. Mais où est alors le Chef ? Déjà son attitude détachée lors des premières explosions a choqué l’opinion publique et en particulier la population ndjaménoise ; et aujourd’hui quand des tchadiens meurent par dizaines, il prend ses clics et clacs et avec toute sa bouffonnerie, va se reposer dans son puits si comme rien de sérieux ne se passe dans la Capitale ! Répondant à cette attitude déconcertante, un homme politique aux faits des évènements disait déjà la semaine dernière : « il a la situation en main, il sait que rien n’arrivera sans lui, il manipule, il déclenche quand il veut, et quand il ne veut pas rien ne se passe. »

A ces heures chaudes du mois de ramadan, doublées du non payement des salaires et des tueries de Boko Haram, le comportement de Deby ne s’explique pas : complicité, indifférence ou incompétence, ou le tout ??

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook