Statistiques fausses et tronquées

Selon les blessés ayant pu se faire soigner dans les hôpitaux du Cameroun, Tunisie ou Égypte, grâce au gouvernement camerounais ou par l’effort des familles, les statistiques données par l’État major tchadien sur les morts et blessés, sont complètement et totalement fausses et tronquées à volonté. Les combats contres Boko Haram furent et restent des hécatombes au Nigeria et au Cameroun. Selon les mêmes sources, par exemple dans la région du Lac Tchad, il n’y a pas un seul séjour où les tchadiens ne sont pas attaqués par la secte. On ne parle jamais des disparus, des militaires faits prisonniers par la secte, le nombre des morts seraient toujours divisés par 3, 4, voir 5. Les rares blessés pris en charge sont ceux soignés par la garnison.


Commentaires sur facebook