Tchad : Hissène Habré réussit à faire ajourner son procès – Tf1

L’ancien président tchadien, poursuivi notamment pour « crimes contre l’humanité », refusant de se défendre, le tribunal spécial chargé de le juger à désigner des avocats commis d’office. Ceux-ci ont jusqu’au 7 septembre pour étudier le dossier.
Au lendemain de son ouverture, le procès d’Hissène Habré a été suspendu et ajourné jusqu’au 7 septembre. Il s’agit là d’une manœuvre réussie de l’ancien président tchadien, qui récuse le tribunal spécial créé par l’Union africaine afin de le juger pour « crimes contre l’humanité ».

Face à la volonté affichée de Hissène Habré de boycotter un procès qui se veut exemplaire pour la lutte contre l’impunité en Afrique, la Cour, installée au Sénégal, s’est en effet résolue à commettre d’office trois avocats sénégalais, auxquels elle a accordé 45 jours pour leur « permettre de s’approprier l’entièreté de ce dossier ».

Le procès en otage ?

Agé de 72 ans, Hissène Habré, en boubou et turban blancs, qui comme la veille avait été conduit de force au palais de justice de Dakar, a aussitôt pavoisé. Il s’est alors levé sous les acclamations de ses partisans, qui ont crié : « Allah akbar ! » (Dieu est le plus grand, en arabe). Il leur a souri, a levé le poing, les a salués en serrant les deux mains, et a fait le « V » de la victoire.

Les avocats des parties civiles ont mis en garde le tribunal contre le risque que ce délai de 45 jour ne permette à l’accusé de « prendre en otage ce procès », notamment en récusant ses avocats commis d’office à la reprise des audiences.


Commentaires sur facebook