Les Brèves de N’djaména: Les Cinq points des politico-militaires

Nomination des Généraux – Je suis sincèrement désolé d’avoir rapporté une contre vérité. Vous avez, à force de me frotter avec les « djakawa », je finis par adopter leur tempérament : pressés et irréfléchis. Je n’avais pas lu le décret de nomination jusqu’au bout, alors que le nom du Cl Béchir Ali y figurait, cadeauté d’un petit général de brigade, tout en minuscule.

On se demanderait, pourquoi parle t-on beaucoup du Cl, pardon général Béchir ou de la famille Haggar? C’est très simple, Deby en parle trop. Depuis un moment, en privé il n’a pas d’autres sujets de conversation et comme il ne peut rien faire, parce qu’il n’y a rien à faire, alors il délire. Par exemple pour le cas Béchir, il n’y a pas longtemps, certains de ses proches ont osé soulever son cas, un cas de flagrante discrimination. Vous savez la réaction de Deby : « si ma main signe un décret nommant Béchir à un poste ou à un grade, je la couperai ». Bof ! Si c’était ma sœur Neloumta qui avait dit cela, elle aurait certainement tenu parole et coupé sa main. Mais avec l’autre… En vérité Béchir a été promu par Mahamat Nour et par ces temps qui courent on ne peut rien refuser à Mahamat Nour. Par contre Deby a ostensiblement rayé de la liste de sa propre main, le nom d’un ancien et rare officié formé et de surcroît mari de sa fille. Mahamat Nour a plusieurs divisions, et toi fillette, tu en as combien ?

Le Cas d’Oky Daggache fait école. Naturellement tous les actes de Deby créent plus des mécontents que des heureux. Le dernier décret des généraux n’a pas échappé à la règle. Des gens qui pensent avoir tout sacrifié pour Deby ont été laissé sur les carreaux, des chefs des opérations, des compagnons du 1er avril, etc. ça gronde de partout ; tout le monde est en train de faire les valises pour rejoindre la rébellion, ça se dit haut et fort. On ne s’étonnerait guère de voir un additif dans les jours suivants. L’additif ne sera pas diffusé, mais juste remis aux bénéficiaires, et Tchadactuel aura certainement une copie et vous en informera.

Pourquoi Younousmi n’a pas rejoint l’équipe de négociation ? On se rappelle que le Ministre des infrastructures avait dirigé la délégation gouvernementale aux négociations de Tripoli et est reparti à Khartoum pour préparer l’arrivée de Deby. Celui-ci ayant annulé son voyage, Younousmi est rentré à N’djamena. En principe, il devrait rejoindre son équipe à Tripoli, mais le voyage n’a pas eu lieu. Selon notre enquête, l’explication est la suivante. Younousmi aurait eu un comportement bizarre même suspect pendant son séjour à Tripoli. Tenez-vous bien : il est passé saluer de manière détendue et relaxe tous les chefs rebelles, apostrophant certains par « grand frère ». En plénière, il a plusieurs fois répété qu’il n’y a aucun point tabou et qu’on peut discuter et rien ne vaut la paix. Quand les rebelles ont demandé à ce que la Constitution soit abrogée, il est le seul de sa délégation a semblé ne pas être offusqué par la proposition, alors que certains, tel le cocorico Bachir avait crevé le plafond en entendant cela. Alors comme on le voit c’est extrêmement suspect, plus que suspect même, c’est même connivence avec l’ennemi !

Les Cinq points des politico-militaires – Les politico militaires, avant le retour de leurs Chefs, ont rédigé un document en cinq points, comme base des négociations et remis au Médiateur. Ce dernier, après avoir fait examiner le dossier par ses experts, a trouvé le dossier « responsable et discutable et pas d’objection ». Le dossier a été envoyé à Deby par l’intermédiaire de l’Ambassadeur de la Libye à N’djamena. Le diplomate a obtenu une audience en urgence et remis le dossier. Deby, après avoir pris connaissance du dossier, l’a balancé à la figure du diplomate. On attend la réaction du Guide.

Tensions dans le Dar Tama – La tension est très vive au pays Tama. Depuis l’assassinat de deux bergers goranes par les éléments de Mahamat Nour, les affrontements ont pris de l’ampleur. Les éléments de Mahamat Nour ont été délogés de leur base de DJimess El Hamra par les éléments allogènes, trois véhicules détruits et plusieurs morts de deux cotés. Depuis le samedi, tous les éléments de Mahamat Nour, éparpillés à travers le pays, convergent vers Djimess El Hamra. Les affrontements risquent d’être sanglants. Quant à l’Etat, ça fait un bail qu’il n’existe plus dans cette partie du Tchad.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook