Les Brèves de N’Djamena – Du rififi chez les Deby

Le microcosme béri aurait remarqué que Mrs Daoussa et Timan Deby sont de plus en plus proches. Ils visitent ensemble les places mortuaires, se visitent mutuellement assez souvent, etc. Chez les communs des mortels, c’est le contraire qui aurait étonné, mais chez les Deby, cette nouvelle retrouvaille familiale étonne plus d’un. Dans leur proximité retrouvée, les deux frères se sont demandés pour une fois dans leur vie ce qu’ils deviendraient après la disparition d’IDI qui est souvent ces derniers moments l’objet des comas et des malaises à répétition ! Alors ils décident de convoquer une réunion confidentielle familiale très restrictive des « TYDAS » (la branche clanique des Deby) au cours de laquelle la même question a été posée. Comble de malheur le trublion Salay Deby, écarté de la concertation, a quand même appris et a informé immédiatement son grand frère de président du complot de ses demi-frères réunis autour de D.D et le Sultan déchu. Aussitôt informé Mr Deby réagit en Deby tout craché : Il appelle tout bonnement le Ministre de la sécurité et lui demande de mettre aux arrêts les sieurs Daoussa et Timan et leur faire subir les plaisirs de la vie dans des cellules. Mais le Ministre de la sécurité, au lieu d’exécuter les ordres de son chef, se serait enfermé chez lui à double à tour (il n’a pas avalé la clé) et aurait maudit le sort qui a fait de lui le ministre de la sécurité. N’eussent été les conseils de quelques-uns de ses collaborateurs proches du clan, le Ministre aurait atterri avec sa famille en Australie ou à Honolulu !

Que retenir de ce rififi abracandabesque? D’abord Mr D.D qui avait toujours esquivé de répondre à cette incessante question posée par ses proches, a tort d’organiser une concertation, si légitime soit-elle, pour parler de leur sort après IDI sans que celui-ci ne soit tenu au courant. De même Mr IDI, qui sait impertinemment dans son for intérieur qu’il ne pourrait aujourd’hui se permettre d’arrêter ni D.D ni Timan , aurait dû tout simplement convoquer ses frères qui sont nullement contre lui et partager avec eux leurs préoccupations légitimes.

Depuis lors, les uns et les autres se font rares ou rasent les murs, à commencer par Mr D.D qui a préféré s’évacuer en Italie pour rendre visite à son médecin et vérifier l’état de ses biens. Quant au bambin Mahamat Kaka, qui, lors de la syncope de son papa, s’était vite gonflé comme la grenouille de la Fontaine en comptant sur son oncle D.D, a lui, préféré prendre quelques jours de congés sous la Tour Eiffel en attendant que l’orage passe. En effet depuis la reprise en main des affaires par la Première Dame, le petit monde de la Présidence s’attendait à une cohabitation moins idyllique entre elle et le Commandant de la DGSSIE qui avait commis une faute d’un immature lors du dernier et sérieux malaise du Sultan. Comme prévu, Mme Hinda a déployé dès les premières heures toute son artillerie lourde contre le bambin qui l’a humiliée et obligée de traverser pour 24 h le fleuve et de lui interdire l’accès au portillon. Selon les mêmes sources, le Général, « Cdt des forces spéciales » rode autour de l’édifice sans parvenir à y entrer d’où les vacances forcées!

Correspondance particulière (N’Djamena)


Commentaires sur facebook