Les Brèves de N’djaména: Les coulisses de la nomination de Pahimi Padacké

L’acte odieux perpétré par les enfants des dignitaires du pouvoir suivi de l’assassinat par la garde rapprochée de Deby, du jeune Abachou, a éclipsé l’évènement du weekend : le remplacement d’un Pahimi par un autre Pahimi. Selon les infos en provenance de l’entourage du sultan, celui-ci, malgré les fanfaronnades destinées à la consommation extérieure, aurait beaucoup des craintes pour affronter les élections à venir. Contrairement aux trois dernières élections où le Sultan avait phagocyté tous les partis du nord et laissant quelques miettes à Yorongar et à Kebzabo au sud, cette fois-ci exactement comme aux grandes premières élections de 1996, il y aura une multitude des candidats au nord comme au sud, mieux encore ,des partis comme l’UNDR, le FAR et le PLD non seulement leurs leaders se présenteront aux présidentielles mais prétendent à présenter des candidats aux législatives dans tous les départements septentrionaux y compris au cœur même du fief du sultan, c’est une première et c’est osé. Bravo ! Des sources sans équivoque nous indiquent que si les consultations se dérouleraient d’une manière transparente, même Amdjeress basculerait dans le giron du premier chef de parti qui viendra avant les autres. Ajouter à cela si les consultations prennent un caractère ethnique comme celui de 1996, le sultan serait sans nul doute sur les carreaux ; C’était d’ailleurs le cas.

La situation socio-économique du Pays et la santé chancelante du Sultan aidant, les tripatouillages classiques des élections seraient très difficiles d’autant plus que l’opinion publique est arrivée à la conclusion que le mal du Tchad est Deby lui-même. Alors il faut diviser l’opposition, semer de la zizanie au sein de l’électorat de l’opposition et ce, dans l’improvisation dans toute sa splendeur. Qui pourrait sérieusement déstabiliser les leaders du Sud, s’est-on posé la question ? D’abord la première cible fut Mr Laoukein Médard, maire de la ville de Moundou. Mr Médard est un homme très populaire dans sa ville, juste et bon gestionnaire selon les nordistes qui s’étaient acharnés contre lui au départ avec l’aide de thuriféraires du MPS dont honnit l’existence ! Après concertation avec son entourage le Maire accepterait la proposition mais aurait placé la barre à 3m au dessus du Logone; Deby et son entourage jugèrent que c’est en fait un transfert de pouvoir que le Monsieur exige, non merci ! Alors le chapitre Laoukein fut fermé. Les regards furent tournés de nouveau vers Dadnadji, le sultan écarta d’un revers de main ce cas de figure. Enfin, Pahimi Padacké fut apparemment la cible facile. Pahimi préparait son congrès quand des émissaires de Deby lui demandèrent de laisser tomber l’organisation du congrès, sous forme de menace. Pahimi leur aurait demandé de le laisser tenir son congrès qui se conclurait par une non-participation. Les émissaires lui auraient ordonné de faire immédiatement une déclaration de soutien à la candidature d’IDI. Ce qui fut fait ; et quelques jours après le décret tombe !

Correspondance particulière
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook