L’heure de gloire du Général Hassan Al Djinédi est-elle arrivée ?

Envoyé à la mi janvier 2016 à la tête du corps expéditionnaire tchadien en Arabie Saoudite, officiellement pour participer à des manœuvres militaires conjointes , officieusement pour préparer l’intervention militaire des soldats tchadiens dans les différents bourbiers du golf, le Général s’est vu faire l’objet de toutes sortes de sollicitation des services secrets du Bahreïn du Qatar et de L’Arabie Saoudite pour lesquels, il ne s’était pas montré si désintéressé; ce le moins qu’on puisse dire…

Pour ces pays du golf y compris le Soudan, l’instabilité en Libye, liée en grande partie à leur influence sur les différentes factions en présence, pourrait conduire les pays occidentaux à intervenir militairement à partir du Tchad; ce qu’ils ne souhaitent pas.
En d’autres termes, priver les occidentaux d’un site majeur d’intervention en Libye et au passage hisser, un arabe et arabophone de surcroit à la tête du Tchad, leur permettra à terme d’étendre leur influence sur ce continent.
Dans les faits, l’instabilité en Libye arrange ces pays du golf qui craignent beaucoup de l’exploitation des réserves gazières et pétrolière dans le centre-Ouest  de ce pays à l’origine de la chute de Kadhafi.
Pour les bahreinis qui n’ont pas du tout oublié la tentative de déstabilisation de leur économie à la fin des années 90 par de la fausse monnaie, la vengeance étant un plat qui se mange froid, ces services se seraient intéressés à cet officier arabe et arabophone qui à leurs yeux pourrait être le bras portant le sabre de la vengeance.
Les soudanais sollicités pour les détails pratiques de l’opération n’auraient semble t-il pas appréciés ce choix et dépêchés à Doha, Manama et Ryad, un membre de l’intelligence soudanaise avec une fiche très détaillée sur ce Général qu’ils connaissent très bien. Par contre, ils ne seraient pas contre l’idée de se débarrasser de Deby mais ils auraient fourni leur propre liste de candidats au nombre de 3 ( deux arabes et un Zaghawa parfaitement bilingues et même trilingue pour l’un ) tous des très proches de Deby ou de son épouse Hinda. Ils sont tous actuellement à leurs côtés avec la particularité d’être accessoirement des informateurs soudanais.
En fait, Le Général Hassan Djinédi, ils l’avaient chaperonné au moment du conflit du Darfour pour surveiller les « non arabes tchadiens » qu’ils avaient décidé d’armer pour combattre Idriss Deby coupable de soutenir militairement avec le concours des libyens et discrètement des israéliens ses parents Zaghawa du Soudan en rébellion au Darfour. Au grand dam des soudanais, pour 250.000 dollars, les libyens avaient réussi à le faire rallier le régime Deby au bord de l’effondrement vers la fin 2007.
Depuis lors, les soudanais s’étaient même opposé à sa venue au Soudan en sa qualité de Chef d’état major général de l’armée tchadienne dans le cadre des rencontres qui ont suivie le réchauffement des relations entre eux et le Tchad courant 2010; ce qui avait amené le Président Déby à le limoger.
Aux dernières nouvelles, les égyptiens qui ont eu vent des intentions de ces pays du golf ont informé les français qui se sont empressés d’informer Déby fin avril . Jusque-là, la réaction de Déby se fait attendre…
TEIB Walia
Khartoum – Soudan

Commentaires sur facebook