La supercherie des élections à l’ENNEDI-EST.

piece1 L’angoisse de rater les élections du 10 avril 2016 a poussé  les responsables de MPS de l’Ennedi-Est de s’adonner à des manœuvres et aberrations bizarres et grotesques qui auraient des conséquences graves dans un pays « normal ». En effet l’idée de « coup KO » ayant été trouvé assez tardivement, il a été décidé de recenser tous les réfugiés de la localité de KARI-YARI  en tant que électeurs tchadiens. Tellement qu’on a insisté sur leur « tchadienneté » qu’on leur a délivré des cartes illégales. Pour ce faire, tous les réfugiés soudanais de Kariari sont recensés appartenant au  sous clan de Deby : kouriera c’est le nom du sous clan appartenant à la famille Deby et surtout, tous les refugiés sont les cousins de Deby par leur grand-père commun : TIDA !

Cette carte est triplement fausse : 1 – elle a été délivrée aux refugiés soudanais, 2 – Les refugiés n’étant pas tchadiens, ne peuvent pas être tous issus du sous clan des Deby, 3 – normalement à la place de Kouriera et Tida,  ce serait plutôt les noms de la  préfecture et ville.

Voilà, comment, en plus des manipulations des votes des citoyens, Deby a fabriqué son « coup KO »
piece1

Correspondance particulière
N’djaména – Tchad

 


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Football : Japhet N’Doram tire à boulets rouges sur la fédération tchadienne
    Publié le 30 décembre 2015 à 09h34 — Mis à jour le 06 janvier 2016 à 11h41
    Par Alexis Billebault
    170 partages

    Figure historique du football tchadien, l’ancien milieu offensif accuse notamment la fédération nationale d’être incompétente. Et il n’épargne pas la Fifa.
    dans ce dossier
    Où va le Tchad ?
    Où va le Tchad ?

    Tchad : Idriss Déby Itno, une force moins tranquille
    Présidentielle au Tchad : comment l’opposition aborde l’échéance
    Tchad-Gali Ngothé Gatta : « Pour gagner à notre tour, inspirons-nous des méthodes de Déby »

    Champion du Tchad en 1987 avec le Tourbillon FC de N’Djamena, champion de France en 1995 avec le FC Nantes, Japhet N’Doram (49 ans) a effectué l’essentiel de sa carrière en Europe, à Nantes (1990-1997), puis à l’AS Monaco (1997-1998) et avec les Sao, la sélection nationale (1989-1998). Depuis, l’ancien attaquant suit avec attention l’évolution du football tchadien.

    Le dernier épisode en date l’a navré, à défaut de le surprendre. Quatre jours après être parvenu à battre les Pharaons à N’Djamena (1-0), le Tchad s’est incliné face à l’Égypte (0-4) en match qualificatif pour la Coupe du monde, le 17 novembre, à Alexandrie. Ce que l’on a appris un peu plus tard, c’est que la sélection tchadienne n’avait posé le pied sur le sol égyptien qu’une heure avant le coup d’envoi, obligeant la Fifa à décaler l’horaire du match pour permettre aux joueurs de rejoindre le stade et de s’échauffer.

    « L’équipe a quitté N’Djamena tardivement prétendument parce qu’il n’y avait pas d’argent pour payer les billets d’avion. Mais de qui se moque-t-on ? s’indigne N’Doram. Ce match en Égypte était programmé depuis des mois, et la fédération n’a pas été capable d’anticiper alors que de l’argent est alloué par l’État pour la sélection ? Où va cet argent ? Et pourquoi l’État ne cherche-t-il pas à vérifier comment il est utilisé ? »

    Le football tchadien, un système mafieux ?

    La charge est tout aussi violente qu’argumentée. « J’ai pu constater depuis de longues années que le football tchadien souffre d’un manque évident de visibilité et de régularité. Tout simplement parce qu’il est géré par des personnes incompétentes qui ne veulent surtout pas que les choses évoluent, alors qu’il a un vrai potentiel », martèle Japhet N’Doram.

    « Il y a cinq ans, le ministère des Sports m’avait convaincu de revenir au pays afin d’y développer une structure comparable à un véritable centre de formation national, le centre technique de Milezi-Farcha, poursuit-il. Je suis resté deux ans sur place, en consentant de gros sacrifices familiaux. Mais rien n’avançait parce que des gens haut placés à la fédération ne le voulaient pas. On marchait sur la tête. Alors que la Fifa avait versé de l’argent à plusieurs reprises dans le cadre des projets Goal, on construisait les bâtiments administratifs avant de faire des terrains ! » La fédération tchadienne a en effet reçu 449 181 dollars en 2002 (environ 430 000 euros, à l’époque), 399 915 dollars en 2006, 351 226 en 2010… et un quatrième projet Goal de 500 000 dollars lui a été attribué en 2013. « Le problème, c’est que la Fifa ferme les yeux ! » déplore N’Doram.

    Il y a de bons joueurs locaux, et les expatriés apportent leur expérience européenne, commente N’Doram

    C’est ce qu’a constaté le Français Emmanuel Tregoat, sélectionneur des Sao de février à septembre 2014, et qui a remporté au passage la Coupe de la Cemac. « Quand la Fifa envoie des émissaires pour qu’ils contrôlent l’utilisation de l’argent versé, ces derniers estiment que tout va bien. Je pense que cela doit arranger pas mal de monde. » N’Doram va plus loin. « Un véritable système mafieux s’est mis en place. Et c’est au détriment de la jeunesse, car il n’y a aucune politique de formation. Quant au championnat national, il est mal organisé, mal préparé, et donc assez faible. C’est vraiment dommage, regrette-t-il. Les victoires à la Cemac, contre l’Égypte, la Guinée et la Sierra Leone en sont la preuve. Il y a de bons joueurs locaux, et les expatriés apportent leur expérience européenne. »

    Emmanuel Tregoat, qui garde un œil attentif sur son ex-pays d’accueil, n’est guère surpris par les derniers potins parvenus de N’Djamena. « J’ai entendu dire que les joueurs avaient été obligés de céder une partie de leur prime de qualification pour le deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde [en octobre, face à la Sierra Leone, 1-0, 1-2] à des dirigeants et à des membres de la fédération. Cela ne m’étonnerait pas… »
    Alexis Billebault