Tchad: le gouvernement adopte des coupes budgétaires pour palier à la crise – Rfi

Au Tchad, le gouvernement a adopté jeudi 1er août seize mesures pour répondre à la crise économique que traverse le pays. Des coupes seront opérées dans les budgets de plusieurs ministères et institutions qui doivent renoncer à une partie de leurs indemnités. Ces mesures risquent de provoquer des remous sociaux, mais le pouvoir les estime nécessaires.

Parmi les mesures du Conseil des ministres, les agents de la fonction publique nommés par décret devront renoncer à 80 % de leurs indemnités. Les fonctionnaires des institutions doivent également renoncer à une partie de leurs indemnités qui reste à être fixée. Déjà, les députés ont concédé la moitié de leurs indemnités.

Toutes ces mesures annoncées dans le cadre du programme du gouvernement devraient permettre de répondre à la crise que traverse le pays. « Il faut faire des économiques, même dans la douleur », exhorte Mahamat Zen Bada, le secrétaire général du MPS, le parti au pouvoir.

« Ce sont des mesures difficiles »

« La situation économique et financière du pays exige de nous un sacrifice. Si nous voulons assurer la régularité des salaires, il va falloir prendre ces mesures-là », poursuit le politique. Et d’ajouter « Ce sont des mesures très difficiles ! C’est une pilule difficile à avaler parce que c’est très amer, mais mieux vaut avaler la pilule maintenant pour avoir la santé d’ici six mois, que de ne pas le faire et de se faire emporter dans six mois par ces situations. »

Des pilules amères que ni les syndicats ni l’opposition n’accepteront d’avaler. Ces mesures risquent d’être source de contestation et de grève dans les semaines à venir.


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Abdelkerim

    Moi je profite de cette occasion son excellence monsieur le Président pour vous dire que le reforme proposer par le SGG n’est pas efficace:
    1er point : soit disant il veut conformer avec les pays qui nous rassemble aux pays moins avancé (ce faux car tjrs il faut essai de voir devant pour évolue) ;
    2eme point : contraction des délégations et les certains institution c’est un mauvais prétexte (car sa risque des créer des chômages et freiner l’économie des provinces);
    3eme point diminution des primes des décréter (ça va bcp impacter les grandes institutions et souvent ces gens (généraux, conseiller,…) ont les grands charges et l’impact risque de créer des désordres surtout l’insécurité):
    Parmi tous les mesures (1 à 16) citées aucunes est efficace. Donc en conclusion pour préserver la paix chèrement acquise et suivre le chemin de l’émergence, il est préférable de voir les organismes qui génère des recettes (Impôt, Douanes, taxe circulation, mct, Brasserie, timbre, domaine, ott, Arcep, fnds, Raffinerie, ……….) je suis sure que si vous imposez des rigueurs y aura même pas de déficit voir même d’excédent budgétaire.