Libye : Au bord du chaos, Khalifa Haftar appelle Idriss Déby au secours – afrique-sur7

Khalifa Haftar est en ce moment en quête d’un allié sûr pour faire face à la situation chaotique en Libye. C’est dans cette optique que le général a rencontré, ce mardi, le président tchadien à Ndjamena, en compagnie d’une importante délégation. Son hôte du jour l’aurait assuré de son soutien face à l’adversité.

Khalifa Haftar sous la protection de Déby ?

Eu égard à la situation sécuritaire très préoccupante en Libye, Belqasim Khalifa Haftar s’est voulu pragmatique. Ainsi, le général dissident a entrepris un certain nombre de déplacements qui l’ont conduit récemment au Tchad. Lors d’une audience à lui accordée par Idriss Déby Itno, le commandant en chef de l’Armée nationale libyenne lui a fait part de ses préoccupations. Elles se résumeraient à l’insécurité galopante au sud libyen et à la présence de rebelles tchadiens à la frontière tchadienne. À en croire des sources bien introduites, IDI aurait décidé d’accompagner personnellement son visiteur libyen.

Loin d’être fortuit, ce voyage du Lieutenant-général serait fait à dessein, compte tenu des pressions internationales du moment. En effet, l’ancien homme de main de Mouammar Kadhafi avait récemment fait main basse sur des puits de pétrole. Aux dernières nouvelles : « Les terminaux de Zoueitina, Brega, Ras Lanouf et Al-Sedra ont été remis à la compagnie nationale du pétrole (NOC). » En outre, la guerre avec les combattants de l’État Islamique (EI) a fragilisé davantage le climat sécuritaire. Haftar serait également perçu par les Occidentaux comme un obstacle à la paix en Libye. En pareille occurrence, le soutien du président tchadien, dont la puissance militaire est indéniable, serait pour lui d’une importance vitale.

Notons que dans un rapport publié ce mercredi, des parlementaires britanniques ont dénoncé l’intervention militaire franco-britannique contre Kadhafi. De même, Barack Obama avait sévèrement critiqué David Cameron et Nicolas Sarkozy au sujet de cette intervention. Et depuis la chute de l’ancien guide de la Jamahiriya libyenne, le pays est au bord de la guerre civile et d’un chaos qui semble irréversible.


Commentaires sur facebook