Peur sur la ville

Deby est encore en déplacement, à l’extérieur au Tchad, laissant derrière lui un pays en proie à la psychose, à la peur et à la délation. Tout le monde se demande pourquoi Deby anime une pièce théâtrale dont il est l’unique producteur, réalisateur et acteur ; et quel acteur le plus piètre de toute l’histoire du Tchad !

En 26 ans autoritarisme labellisé démocratique, les tchadiens ont appris à le connaître, ce dont il ignore ou fait semblant : ses paroles, ses actes et ses gestes sont connus avant qu’ils ne soient exprimés, ce qui fait dire que les gesticulations pour recouvrer l’argent volé dont beaucoup des tchadiens qualifient déjà de la diversion, une mise en scène ou plaisanterie de mauvais goût, ces gesticulations se termineront comme des nombreux cas précédents, dans un non lieu obscure. Pourquoi ? Parce que le principal auteur et bénéficiaire de toute cette gabegie financière a pour nom Deby et consorts. Depuis son arrivée au pouvoir, aucun marché public ne passe sans sa signature et ne soit payé sans sa commission : aucun détournement par le dernier sous-fifre administratif n’est effectué sans que lui ou un des siens ou les deux à la fois ne soient au courant, il suffit de demander à tous les DAAFM dont 99% sont de sa région. Sans parler des liquidités que lui apportent dans des sacs du mil tous les décrétés des sociétés publiques, parapubliques, des directeurs des programmes, des offices, des bureaux nationaux etc. Chacun doit se débrouiller pour satisfaire le Boss, au prix des faux marchés, truqués ou surfacturés.

On spécule sur des listes fictives des noms arrêtés ou en voie de l’être. C’est une simple machination, pur produit des services de sécurité, juste pour manipuler l’opinion afin de la détourner des vrais problèmes de l’heure. Mais Deby n’arrêtera personne ou arrêtera ceux qui ont bouffé seuls, ce serait le cas semble- t- il des anciens gouverneurs du Lac, ou celui de deux petits larcins proches de la famille qui sont présentement à la police judiciaire. Le cas de l’un d’eux était connu dans tout le microcosme Béri, la gymnastique de la tricherie était tellement flagrante et osée : il avait bénéficié d’un marché de 5 milliards de CFA, après la signature, il a ajouté un « 2 » devant « 5 » pour faire 25 milliard et il a dit à qui veut l’entendre que les « 2 » sont pour le Boss ; idem pour un autre marché de 13 milliards où un « 1 » est apparu par hasard pour devenir 113 milliards ; le « 1 » est toujours pour l’autre. Le second larcin aurait dû fournir des hors-bords armés des 12.7 et des « Goronov » qui n’ont jamais été fournis, l’argent fut partagé avec les généraux de l’entourage direct de Deby.

On spécule beaucoup sur l’arrestation en vue du ministre des infrastructures et des tous les anciens ministres des finances. Il n’en sera rien du tout ! Le ministre des infrastructures est le plus ancien, le plus régulier et le plus fidèle des bailleurs des fonds de tous les Deby. On se rappelle dans la guéguerre permanente entre Daoussa Deby et l’actuel ministre des infrastructures, Deby avait tranché en faveur de son ministre en s’adressant à Daoussa en ces termes « prends un tabouret et monte dessus, tu ne viendras même pas à la cheville du ministre des infrastructures ! » Un hôtel de la place a couté 113 milliards de CFA et le Cabinet Goudiabi Atepa a encaissé 15 milliards de CFA ! Quelle a été la part de Deby et alliés ?

Quant aux différents ex-ministres des finances, ils étaient obligés de garder chez eux des liquidités de plusieurs centaines des millions de CFA, parce que Deby peut les réveiller à 2h du matin pour lui trouver de l’argent.

Après le passage des rebelles à N’djaména en février 2008, Deby avait réuni toute sa famille et alliés et leur a dit sans vergogne : « vous avez vu que le pouvoir est chancelant et pourrait nous échapper à tout moment, alors profitez pour vous faire des réserves ; » ainsi, le coup de sifflet officiel fut donné. Depuis ce jour, les bambins des Deby, les cousins, les neveux, les beaux, se réunissent hebdomadairement dans l’une de leur résidences faire le point : qui a fait combien des milliards, le toto est présenté à Deby himself qui le sermonne proprement et le prend en charge pour l’orienter.

Ainsi donc, Deby est le principal auteur et organisateur de la faillite actuelle de l’Etat et l’argent volé est entre ses mains et celles des siens. Il y aura certes des fretins de la périphérie qui seront inquiétés, leur tort serait de juste balancer l’os de Pavlov à celui qui est en train de saliver et empocher le gros lot qui a été déjà gaspillé dans les soirées de Nada El Gala.

Avec cette situation, il y a encore des institutions internationales ou bancaires qui s’apprêtent à renflouer par des prêts les caisses sans fond du système Deby ; eh bien les tchadiens de refuser ces genres des prêts le moment venu.

Les tchadiens ne sont pas dupes. Deby et ses thuriféraires peuvent gesticuler inlassablement, mais les tchadiens se tiennent droits dans leurs bottes, cabri mort n’a pas peur de couteau, et demandent le départ pur et simple de Deby et son système, parce qu’il n’y a pas d’autres solutions.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook