Tchad : onze opposants jugés pour « attroupement non-armé » – BBC

Onze opposants dont deux chefs de partis membres du Front de l’opposition nouvelle pour l’alternance et le changement jugés mercredi ont été conduits à la Maison d’arrêt de N’Djamena, capitale du Tchad.

Ces opposants ont été interpellés après une réunion de concertation qu’ils tenaient au siège d’un parti d’opposition. Ils voulaient plutôt organiser une manifestation le 17 novembre dans un endroit clos. Leur demande a été rejetée par le ministère de la sécurité.

Selon Maître Alain Kagombé, l’un des avocats, « ils ont tous été arrêtés après cette réunion dans leurs véhicules. Certains disent avoir été tabassés », alors que ce sont des partis d’opposition reconnus par le Tchad.

Une fois déférés au parquet, le Procureur de la République a décidé de les placer sous mandat de dépôt, sans qu’aucune date ne soit fixée pour leur jugement.

D’après Maître Alain Kagombé, « ils peuvent attendre trop longtemps avant qu’ils ne soient jugés vu qu’aucune date n’est donnée pour leur jugement. Et le Procureur leur reproche un attroupement non-armé. »

L’avocat dit en plus ne pas savoir ce que le ministère public qualifie d' »attroupement non-armé » comme infraction.

Maître Alain Kagombé note que les conditions de détention à la maison d’arrêt ne sont pas bonnes. Une source au sein de la prison indique que les 11 opposants ont été conduits dans une cellule de 4m carré où se trouvent déjà plus d’une centaine de personnes.


Commentaires sur facebook