Tchad: onze opposants toujours en détention – Figaro

Onze opposants au régime d’Idriss Déby Itno au Tchad, dont deux chefs de partis, sont toujours en détention une semaine après avoir été interpellés en marge d’un rassemblement interdit dans un contexte social tendu, selon une source judiciaire.

Les opposants, dont les deux chefs de partis Mahamat Bahr Bechir et Gapili Godebne, sont à la maison d’arrêt de N’djamena, poursuivis pour « participation à un attroupement non autorisé « , selon la même source. « Ils ont été placés sous mandat de dépôt et attendent leur jugement mais les greffiers sont en grève, ce qui suspend tout », a indiqué un porte-parole de l’UNDR, principal parti d’opposition.

« Ils sont entassés à 100 avec d’autres détenus (…) Ils ont le moral haut et plus que jamais déterminés à défendre la volonté de notre peuple », a écrit sur Twitter l’un de leurs soutiens, Abdelkerim Yacoub Koundougoumi. Les militants ont été arrêtés jeudi 16 novembre lors d’une marche dans les rues de la capitale à l’appel de l’opposition qui s’était repliée sur un local politique pour tenir une réunion interdite par les autorités. La « parade », selon les termes de l’opposition, avait été dispersée par des gaz lacrymogènes.

Les partis d’opposition réunis dans un Front d’opposition national pour l’alternance et le changement (FONCAC) demande la « libération immédiate et inconditionnelle des personnes arrêtées ». L’opposition se dresse contre le gouvernement et sa gestion de la crise sociale à l’origine de grèves qu’observent depuis plusieurs mois les fonctionnaires dans l’éducation et la santé pour le paiement d’arriérés de salaires.


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. kaldjonbe francois

    ce que je sais tot ou tard le tchad doit changer tous les mauvais dirigeants partiront,mais notre patrie ne partira point.